Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #restaurants catégorie

2016-11-05T10:07:38+01:00

Y aller ou pas: Emporio Armani Caffé

Publié par leboudoirdemadame

L'Italie à Paris n'a rien à voir avec l'Italie en Italie, comprenez par là côté restauration car il y manque l'essentiel : l'ambiance ! Après quelques mois de fermeture, Emporio Armani Caffé a rouvert avec deux espaces distincts dont au rez de chaussé le Caffé et au premier, le restaurant gastronomique tout çà sous la houlette de Massimo Mori "le roi" dit-on " de la cuisine Italienne" !

Voulant testé ce renouveau, on s'essaye ce jour là à l'espace du rez de chaussée avec un accueil aimable, un peu désordonné ( personne pour prendre les vestiaires) mais bon ...Une table,ronde est réservée,coincée entre un pylone et une autre table où bientôt jacassent deux modeux genre nouvelle économie et qui n'ont comme mot à la bouche que ...Tony Parker !

L'essentiel néanmoins est ailleurs : dans l'assiette  dressée sur la table  d'un blanc irréprochable et en compagnie d'une fiole d'huile d'olive et bientôt de petits pains chauds servis dans une pochette en papier.

Coup d'oeil à la carte bien fournie entre pastas, poissons, viande,anti pastis ... une carte explicite, bien détaillée avec des prix offrant un large éventail pour une bourse tout de même un peu fournie ....Soyons juste : en prenant par exemple un plat de spaghettis pomodore où  les fines escalopines à la panure Milanaise (servies avec une salade de roquette/tomates San Marzano, et pommes de terre rissolées) ,la note n'est pas trop élevée.  

Bref rien à dire pour la cuisine mais aussi bonne soit -t-elle, elle  ne fait pas oublier l'ambiance terne, compassée. Pas de doute on s'ennuie ferme.  Rien a voir avec par exemple Un Armani Caffé de Milan où la clientèle "pépie" ,s'esclaffe, ose rire aux éclats  en un mot vivre .Disons le :à Paris ,l'environnement est moins motivant et les spaghettis et escalopines aussi savoureux soient-ils passent moins bien ..Dominique Larue 

Emporio Armani Caffé, 149 bd Saint Germain, 75006 Paris .Tel:01 45 48 62 15

Voir les commentaires

2016-07-21T16:40:12+02:00

Une bonne table : la Maison du Midi à Lorgues

Publié par leboudoirdemadame
cuisine savoureuse, prix doux , ambiance familiale:tout ce que l'on aime car çà sonne vrai !
cuisine savoureuse, prix doux , ambiance familiale:tout ce que l'on aime car çà sonne vrai !

Beaucoup de restaurateurs et « bistrotiers » se plaignent d’une raréfaction de la clientèle et principalement dans les lieux de vacances .Ils n’ont toujours pas compris le souhait de ces estivants : trouver une bonne table qui les régale sans pour cela leur dérouler un festival de plats qui relèvent davantage d’un concours de cuisine qu’un simple désir de proposer une cuisine de vacances simple avec de grands classiques : salades composées ,viande au barbecue, desserts faisant la part belle aux fruits.

Délaissant les tables signées , siglées, vantées par des sites spécialisés, ou décevantes , il ne reste pas grand chose à – c’est le moment de le dire - à se mettre sous la dent !

Il arrive un moment où la maîtresse de maison lassée de touiller ses casseroles, se décide enfin à essayer de « trouver quelque chose » . Et bien, en ce jour caniculaire : bingo ! Sans n’avoir jamais foulé la porte de cette maison, voilà qu’ au bout de vingt ans, elle s’y précipite en se disant " on verra bien " . Et elle a vu :

D’abord , une fois passée la porte d’entrée de bois massif puis le long couloir d’où s’élançait sur trois étages un magnifique escalier, elle a débouché sur un jardin intérieur avec arbres centenaires, massifs de lauriers et au milieu une terrasse ombragée et des tables dressées comme pour un repas de famille !

On l’aura compris : chassant de son esprit restaurants et bistrots lambdas, la maîtresse de maison avait opté pour du neuf : la table d’hôte exempte de toute prétention culinaire!

Le lieu : la Maison du Midi à Lorgues sise dans un ancien hotêl particulier typiquement provençal est tenue par un couple de Danois : Jette et Bent Moller. Bette ,toute blonde s’ active en cuisine à son menu du jour . Bien sûr une carte, courte est aussi proposée avec par exemple : une assiette de truite fumée ave salade, des tartes salées, des légumes grillés avec mozarella, du saumon sauce moutarde : des plats simples, gouteux.

Ayant opté pour le menu du jour, la maitresse de maison a testé et apprécié une délicieuse salade Grecque. Rien ne manquait :tomates, concombre ,féta, olives noires .Un plat servi bien frais et suivi d’une savoureuse moussaka réchauffée par une volée de poudre de cannelle . Après ce chaud/froid, le dessert : une soupe de melon allongée d’un trait de crème de fleurette le tout pour…..18 E !

Le service ,assuré par Bent est diligent et les chats de la maison ajoutent à la convivialité ambiante.Et quel calme ,quel discrétion: on est pas là à vous seriner le commentaire habituel " et bonne dégustation" ! Bref, La Maison du Midi sonne juste en résonance avec une cuisine de vacances savoureuse et une addition qui l’est tout autant ! Dominique Larue

Maison et table d'hôte La Maison du midi 14 rue de l' Eglise 83510 Làrgues .Tel: +33 (0) 650 506 375 .jb@maisondumidi.eu Et www.maisondumidi.eu

Voir les commentaires

2016-05-10T14:26:57+02:00

On mange tout au Mangetout d'Alain Dutournier !

Publié par leboudoirdemadame
le bonheur est dans l'assiette !
le bonheur est dans l'assiette !

Il est des restaurants où l'idée de "s'attabler" s'apparente à un crime de lèse-majesté eu égard à la philosophie culinaire du chef. Cela n' équivaut-il -pas -on l'aura compris - à faire une expérience de saveurs et non pas un bon repas. Une des rares exceptions qui confirme la règle à Paris : Alain Dutournier et son bistrot Le Mangetout ouvert il y a trois ans dans le 6è arrondissement de Paris. Si l'on a eu la chance de suivre le parcours du chef depuis l'ouverture en 1973 de son Trou Gascon et en avoir gardé un souvenir ému et amusé vu la prodigalité du lieu, on ne s'étonnera pas d'y découvrir une carte "faite maison", généreuse, savoureuses et pétrie de réminiscence du terroir notamment axé sur le sud ouest .Terre et mer s'y accouplent pour le meilleur : nous régaler à prix sages.

Quelques exemples types de plats proposés : rouget barbet en feuilles de chou à la moelle ( 15 E),l'authentique cassoulet aux 3 viandes,signé Alain Dutournier ( 23 E); tourtière landaise croustillante avec crème glacée aux pruneaux ( 9 E). Les fromages ne sont pas oubliés déclinés en trois propositions dont le camembert fermier affiné en croûte de noisettes.

Vu de la rue Mazarine qui avant ne brillait pas avant pour ses bistrots et bons restaurants, Le Mangetout présente un décor sobre, doté de tables espacées (c'est si rare ) , le tout réchauffé de toiles murales aux mensurations généreuses d'où jaillissent des visages bonhommes,repus…Pas de doute çà donne le ton de la maison !

Au menu du déjeuner ,la formules à 28 E laisse présager qu'on …mangera tout ! Par le détail,ce triptyque de plats : asperges blanches avec oeuf poché et vinaigrette de morilles; chipirons snackés accompagnés de pâtes à l'encre et chips de gingembre.Pour couronner le repas , un dessert merveille de légèreté tout au moins en bouche : des fraises façon Liégeois et au chocolat blanc !

Le service, efficace s'exécute avec sympathie et le chef, derrière le comptoir de service qui ouvre sur la salle, s'active, saupoudre, touille, décore, vérifie…A noter : une belle carte de vins ( 12O références ). Le Mangetout, 82 rue Mazarine 75006 Paris. Formule déjeuner: 28 E. A la carte repas complet 30/35 E. Tel réservation : 01 43 54 02 11. A signaler : parking au 27 rue Mazarine. Ouvert du mardi au samedi. Dominique Larue

Voir les commentaires

2016-04-23T08:34:15+02:00

Un best seller : Les Bouquinistes de Guy Savoy

Publié par leboudoirdemadame
Une cuisine bien écrite  (photo Laurence Mouton )
Une cuisine bien écrite (photo Laurence Mouton )

Indifférent au brouhaha extérieur, à cinquante mètres du Pont Neuf, le restaurant de Guy Savoy Les Bouquinistes avec pour chef Stéphane Perraud, mène son écriture culinaire d'une belle constante : ravir le client avec une cuisine de marché maîtrisée, reconnaissable dans l'assiette ! Ici pas de chichis, de volutes, d'associations hasardeuses, de fusion food mais une carte limpide axée sur de grands classiques revisités . Tout ce que l'on aime !

Pas besoin d'être Sherlock Holmes pour identifier un thon rôti en panure de basilic ou,confite, une poitrine de porc basque ! Viande, poissons,accompagnements et sauces, affichent une orchestration d'ensemble harmonieuse, respectant l' individualité de chaque catégorie d'aliments… Les portions sont généreuses même si l'on choisit le menu du jour d'autant que l' on ne rechigne pas à vous offrir en plus: un peu plus de ceci ou de cela…Le personnel (managé par Cédric Jossot ) attentif veille au service : prompt, rapide et l'on peut dire...gentil .

Entre plats à la carte et propositions de menus du jour (très détaillé ), on sait à quoi s'en tenir. Ce jour là, c'est le menu du déjeuner qui est testé ! Au choix : une entrée, en l'occurrence, un consommé crémeux carottes et chou fleur avec au centre une mousse blanc immaculé suivi d' une raie sur lit de champignons sauvages, le tout accompagné de deux cassolettes de légumes ( purée d'artichauts et de pommes de terres rissolées ). Compris dans le menu : le verre de vin ( içi un Bordeaux blanc ). Au final,un vacherin aux fraises rappelle côté dessert, la part belle donnée aux fruits frais…

La vue sur le quai de Seine,face aux bouquinistes, participe à l'ambiance relaxe du lieu : une succession de deux salles à manger ( salle "quai de Seine" et salle "imprimerie' avec livres aux murs) , le tout réalisé par le décorateur Jean-Michel Wilmotte. Bref, un lieu typiquement parisien qui doit ravir les visiteurs étrangers , Américains en tête ( Woody Allen devrait adorer ). On en en oublie le temps qui passe …Seul petit bémol : pourquoi diable les couverts ,lourds, penchent-ils d'un côté ….

Restaurant Les Bouquinistes. Menu (au déjeuner uniquement ) : à 32 E ( une entrée/un plat ou un plat/un dessert/un verre de vin ), à 36 E ( une entrée/un plat/un dessert/un verre de vin).Un excellent rapport qualité/prix .Possible aussi :le menu dégustation en "six services "à 89 E. Carte:en moyenne à partir de 65 E.Les Bouquinistes , 53 quai des Grands- Augustins 75006 Paris.Tel:01 43 25 45 94. Climatisation et service voiturier .WWW.guysavoy.com. Dominique Larue

Voir les commentaires

2015-08-27T14:21:47+02:00

Une belle adresse : L'Estellan à Lorgues

Publié par leboudoirdemadame
Une belle table, L'Estellan à Lorgues
Une belle table, L'Estellan à Lorgues

Planté au milieu des vignes en bordure de la petite départementale serpentant jusqu'à Saint Antonin (Var) , L'Estellan ne renie pas ses origines, : un petit oustaou provençal sans prétention porté par le chant des cigales et dont il conserve l'atmosphère paisible. Repris depuis le début de l'été par un jeune couple dont le chef Eric Rogier rôdé à de belles adresses dont Le Chabichou à Mégève, ce nouvel Estellan monte en puissance avec une carte semi-gastronomique et une cuisine qui a de la patte,je dirais même plus de la griffe. A la première bouchée ,on constate sous la dent,au palais une signature qui au fil des mois, ne fera sans doute que s'affirmer. Les "matières premières" et plat servis sont d'une belle prestance avec une qualité jamais pris en défaut .Pour preuve les apetizers : choux fourrés à la tapenade, ramequin de crème de céleri pistachée...un régal ! Donc,testé ce jour à la carte : un risotto de tomates sur fond odorant basilic/huile d'olive (14E) et un quasi de veau rosé fondant à souhait ( 17 E) et dûment escorté en couleurs de purées maison:pomme de terre et "trois carottes":orange, blanche, rouge...Un délice.On peut regretter que les portions soient un peu chiches mais c'est vrai que les prix, cadrés,le laissent suggérer ! Bref on reste un peu sur sa faim d'où le choix d'un dessert : un Panna Cotta fruits rouges parfaitement réussi ce qui est rare ( 11E). Carte courte comme celle des vins mais on comprend qu 'Eric Rogier va piano mais... sano .Enfin une belle adresse dans ce petit village qui à part le médiatique Bruno et Chez Vincent en manquait! L'Estellan 1000 route de Saint- Antonin 83510 Lorgues.Tel: l0638100409. Du mercredi midi au dimanchemidi.estellan.lorgues@gmail.com.Et estellan.facebook.Dominique Larue

Voir les commentaires

2015-08-02T08:20:06+02:00

L'auberge du Teillon: Y aller ou pas ?

Publié par leboudoirdemadame
Auberge du Teillon :une affaire de génération...
Auberge du Teillon :une affaire de génération...

Comme installé au milieu de nulle part sur la route des vacances,(la route Napoléon),l'auberge du Teillon,presque équidistante entre Grasse la ville de la parfumerie et Draguignan,attire par sa sympathique façade.Dûment relayé par le commentaire du guide Michelin 2014 " cette auberge rustique célèbre la tradition avec un bel accent du sud " on se dit que l'assiette servie doit satisfaire les papilles et la gourmandise avec un bon rapport qualité/prix. Première surprise : rustique l'auberge ? Pas vraiment:salle toute blanche,décor contemporain,appliques et sièges modernes avec des tables rehaussées de sous assiettes de verre ondulantes qui évoquent la limpidité de l'eau du Verdon coulant à proximité!Bizarre mais bon...Après avoir sélectionné le menu choisi parmi trois, ( plus le "à la carte" ) les plats se succèdent avec une déception croissante.Le foie gras roulé dans la pistache, décoré de taches et ronds colorés genre "nouvelle cuisine" n'a aucune saveur et est servi tiède . Sans doute pour rafraîchir la bouche,un granité au génépi est proposé.Le côte sucré stagnant au fond du verre encombre le palais. On se dit,que le plat suivant,un ris de veau aux morilles rattrapera l'entrée.Que nenni! Braisé sans doute sur un lit d'oignon oublié,le ris,trop salé ( on le spécifie au maître d'hôtel qui fait suivre en cuisine) sent le cramé et à la place des morilles,spécifiées sur le menu des girolles minuscules.La tombée d'épinards qui complète la garniture et comblant le creux de l'assiette ( une assiette creuse :quelle drôle d'idée) nage dans une sauce crémée qui les détrempe. Seul le vin : un château Peybonhomme Les Tours,un côtes de Bordeaux ( Blaye ) qui plus est biologique et biodynamique maintient le moral à niveau. On se rattrapera au dessert se dit-on avec comme choix un traditionnel vacherin. Et bien de vacherin,que le nom :la meringue qui justifie à elle tout de seule l'attrait de cette gourmandise n'est qu'un socle tellement mince qu'il faut retourner le monticule pour la voir. Ce ne sont pas les glaces ( abricot sans saveur aucune et verveine ) et un quartier de pêche comme racornie posées dessus et à côté de ce soi disant vacherin qui relèvent le niveau.
La citation du guide Michelin 2014 revient en mémoire ."Auberge rustique"? En fait ce commentaire date de l'époque où s'épanouissait le talent des précédents aubergistes ( Les Lépine) qui depuis ont... passés le relais à leur fils Julien .Et bien celui -çi devrait mieux maîtriser ses réalisations et sans doute revenir à une cuisine moins élaborée qui lui éviterait des ratées impardonnables d'autant que la bistronomie a le vent en poupe au détriment de la sophistication....L'ivresse des cimes ,celle du Teillon qui culmine dans le village où est posée l'auberge du même nom ,lui aurait-elle tournée la tête? La cuisine du papa assurément plus simple aurait davantage régalé mon palais que la sienne trop ambitieuse et moins.. surveillée." Différence de point de vue et de génération " nous a été rétorqué lorsque l'on a fait par de notre déception. En tout cas, une leçon à tirer : ne faites pas systématiquement confiance au guide Michelin. Içi à l'auberge du Teillon entre le passage du père au fils,deux ans se sont écoulés et n'ont pas pris en compte ...ce changement de génération .Auberge du Teillon ,route Napoléon, La Garde 04120 Alpes de Haute-Provence.Tel: 04.92.83.60.88.Dominique Larue

Voir les commentaires

2015-06-25T09:37:25+02:00

Truffe latino chez Sebastian Gaillard à Aups

Publié par leboudoirdemadame
Sebastian Gaillard aux fourneaux...
Sebastian Gaillard aux fourneaux...

Son prénom : Sebastian écrit avec un "a" donne déjà le ton : ce chef de cuisine a du sang latino dans les veines et sa cuisine de marché qui fait la part belle aux petits producteurs s'en ressent pour le plus grand plaisir des papilles! Des plats qui oscillent entre provence, Espagne et Amérique du sud où Sebastian Gaillard a vécu. Dans son restaurant d' Aups qui a pour nom : La Truffe ( tout un programme !),ce jeune chef organise sa carte autour de trois pièces maîtresse :le poisson, crustacés inclus ( Langouste puce en risotto,Espuma de Safran,28 E ),des Viandes:Boeuf Argentin à la Mignonette,Chimichuri et PdT à la Moelle ( 24 E ) ,le Pluma de Porc Ibérique Fumé maison accompagné de pleurotes et gnocchis a la polenta ( 24 E) où l' Agneau au Carré, Croûte de pistache, Jus de petits légumes (22 E).

On aura compris,Sebastian fait la cuisine qu'il aime sans se soucier des codes et autres diktats. "Qui m'aime me suive " en somme ! Cette liberté de ton, se ressent dans l'assiette et le choix des plats choisis ce jour là au menu Dégustation( 35 E ) en apporte la preuve. Telle une farandole enfièvrée de notes de tango ,se sont succédés sans fausse note -et après la mise en bouche :de vrais empanadas- :

jambon Jabugo (accompagné de Mozarella Burrata /Tomate au Citron Combawa), Cuisses de grenouilles à la provençale,Pluma de Porc Ibérique Fumé maison accompagné de pleurotes et Gnocchis de Polenta d'un fondant inoui. Ajoutez à cela, des portions généreuses, un service diligent et attentif managé par l'épouse de Sebastian, on ne peut qu'applaudir cette adresse gourmande posée dans une rue calme d' Aups. Elle peut en conter aux restaurateurs locaux assoupis dans leurs conventions et facilité.. Courte carte des vins avec notamment un Casillero del Diablo en provenance directe du Chili. La Truffe 10-12 rue du Maréchal Foch 83630 Aups. Tel: 04.94.67.41-06.87.13.41.57; reservation@restaurantlatruffe.com . Site :www.restaurantlatruffe.com .Alice Desfourneaux

Voir les commentaires

2015-03-10T10:42:57+01:00

Une adresse où accoster : Le Basilic

Publié par leboudoirdemadame
Entre terre et mer, la cuisine du restaurant  Le Basilic ,Paris
Entre terre et mer, la cuisine du restaurant Le Basilic ,Paris

Les cuivres étincellent, les lumières aussi dans cette brasserie style art déco. Nous sommes au Basilic, "phare" gourmand qui éclaire un peu ce quartier endormi entre la rue de Grenelle "squattée " par des ministères et la basilique Sainte Clotilde tristounette. La cuisine, inspirée par le sud ouest et l'Espagne, ne manque pas d'atouts comme les piments "del piquillos" farçis aux anchois de Collioure et fromage de chèvre (10,50 E) , l' Axoa de veau au piment d' Espelette (17 E) ou l'assiette de viande séchée qui fait honneur au boeuf Ibérique (11 E) .On peut aussi porter son choix sur l'oeuf meurette Bio (9,50) ,le tournedos de l'Aubrac sauce poivre ou Béarnaise (26,50 E) ,les calamars à l'encre (19,50 E) .On l' a compris : terre et mer se partagent équitablement la carte et quand le client choisit la spécialité maison: le gigot d'agneau rôti à l'ail et sel de Guérande (19,50 E) et découpé en salle ,il n'en laisse pas une miette comme à la table n° 33 ( la plus calme car dans un espace comme privatif) où deux parisiennes visiblement très en forme, ponctuent leur conversation d' éclats de rire ! On en oublierait presque les desserts si l'on avait pas repéré un Nougat glacé de Montélimar au coulis de fruits rouges ( 7,50 E) à moins que les profiterolles au chocolat chaud (8 E) ne l'emporte !Le service ,souriant, très gentil mais lunaire tout au moins ce jour là, est un peu distrait :poivre, pain manquent à l'appel mais vu le sourire de contrition on pardonne volontiers ….Pas de doute,Le Basilic vaut une escale,d'ailleurs, la jeunesse branchée en a fait ,le soir, son port d'attache .Belle carte des vins et fromages goûteux.Comptez 35 E en moyenne pour un plat ,un dessert et un verre de vin . Petite réserve sur l' aménagement extérieur ( terrasse " fouilli" encombré d'objets hétéroclites, store défraîchi )qui mériterait un coup de neuf .Brasserie Le Basilic, 2 rue Casimir Périer 75007 Paris .Tel: 01 44 18 94 64.

Voir les commentaires

2014-11-30T09:16:21+01:00

"Nathalie au Café Pouchkine…"

Publié par leboudoirdemadame
"Nathalie au Café Pouchkine…"

"Nouveauté " à St.Germain des prés avec l'ouverture du Café Pouchkine, troisième succursale parisienne de la maison Dellos du nom d'Andrey Dellos, un homme d'affaires russe d'origine française, initiateur entre autres de grandes tables gourmandes moscovites ( Le Duc, Turandot …).

Passée la devanture -lisse comme un glaçage de gâteau mais n'en ayant pas l'attrait car trop impersonnelle - les pâtisseries alignées dans la vitrine font, c'est certain, saliver. Des formes impériales : dômes, diadèmes, tours crénelées…dans des volutes souvent d'un blanc neigeux, aérien ; Des noms très symboliques : Rose Pouchkine,Diadema,Fraisier Datcha,Religieuse Russe,Rose du Tsar,Napoléon et même un gâteau Pravda à base de biscuit, noisette caramélisée, mousse…Est-ce à dire que l'on déguste dans ce lieu des concepts plus que des pâtisseries?

De jolies vendeuses à l'accent russe, expliquent dans un français très hésitant, la composition de ces merveilles auprès desquelles les gâteaux français font figure de pauvres petites choses prolétariennes !

En entrant au café Pouchkine ,l'on s' imagine une ambiance chaleureuse,conviviale, un peu survoltée même...Rien de tout çà ! Si içi , le sucré domine (ne pas oublier les viennoiseries, Bostock aux myrtilles et gâteaux de voyage... ) ,le salé n'est pas en reste avec très rares sur Paris, de véritables pirojkis à la pâte ad hoc : briochée. Farçis par exemple à la pomme de terre saveur truffe, à la viande de boeuf, au canard et foie gras, aux champignons... Ce sont eux qui finalement, donnent le ton au Café Pouchkine : une ambiance un peu grandiloquente, sophistiquée ..La Nathalie de Bécaud aurait-elle appréciée? On peut en douter.

PS :aux dernières nouvelles, la vitrine du Café Pouchkine sera prochainement agrémentée d'un décor plus slave…

Café Pouchkine, 155 bd St.Germain ,75006 Paris.

Voir les commentaires

2014-01-13T15:03:00+01:00

Banco... Baco de Santiago?

Publié par leboudoirdemadame

STG vieux 198Ce qu'il y a dejubilatoire à observer les expats francophones, c'est leur suffisance dès qu'ils évoluent dans un milieu sécurisé ! Au restaurant Baco de Santiago du Chili,ils pullulent en grappes,les femmes surtout qui dans de grandes envolées lyriques et gesticulations apostrophent de table en table relations et faux ou vrais amis...Mais bon ,l'essentiel est ailleurs : dans l'assiette.Le lieu est agréablement rafraîchi par une clim contrôlée et les immenses baies vitrées permettent de voir dehors et ...être vu. Un tantinet snob, on l'aurant compris, Baco situé a proximité de l'ambassade de France propose une cuisine qui se veut française... Ce restaurant qui tient plus de la brasserie y réussit notament avec des produits d'excellente qualité comme le confit de canard, le foie gras et les viandes, notamment le filet béarnaise bien que la sauce, chichement servie manque d'onctuosité.Ceçi dit les plats sont joliment présentés sans tomber dans le chichiteux. Le service,béat où l'obligation de sourire, prime quoique le client dise, fait plaisir à voir.On pardonne qu'il soit lent.Enfin,arrive le plat commandé: des crevettes Tigre. On ne s'étouffera pas vu leur nombre : deux et ce n'est pas la "tombée d'épinards" qui va caler le client ni les deux rondelles de pomme de terre en glissade sur le côté de l'assiette.La clientèle française( mature) et chilienne (à dominante elle,jeune) papotent entre deux bouchées .Des jolies filles picorent leurs assiettes de fromages soi disant français mais viennent-ils vraiment de nos pâturages? Vus de loin,on peut en douter comme les huîtres trop semblables à celles du Chili.Ce qui décoit vraiment chez Baco c'est le peu de générosité avec laquelle les assiettes sont servies.Très chiches comme les à côtés : beurrier minuscule, pain qu'il faut réclamer, sauce au compte goutte ect...C'est inadmissible vu les prix pratiqués et le peu de charges infligées aux restaurateurs du Chili. Banco Baco ? Avis mitigé car tout çà frise la mesquinerie.Banco fait son beurre et le client régle la note...salée pour le peu qu'on lui sert. A noter : l'absence de voiturier dans ce quartier encombré, embouteillé....ridicule ! Restaurant Baco calle Nva de Lyon 113 ,Providencia, Santiago du Chili.Tel: (2) 231 4444.Bref Baco ? Y aller ou pasd ? Si la nostalgie de la France vous manque, offrez vous cette virée et prévoyez un en cas au retour chez vous. Alice Desfourneaux

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog