Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #expos catégorie

2016-07-31T09:00:43+02:00

A voir: l'exposition Dentelles et parures au Musée Provençal du Costume et du Bijou de Grasse

Publié par leboudoirdemadame
l'art de la mode en Provence aux siècles passés...
l'art de la mode en Provence aux siècles passés...

Le succès des reproduction des tissus anciens notamment provençaux, devrait nous inciter à « creuser » le sujet ! Et l’élargir au vêtement …Dont acte avec l’ exposition Dentelles et parures qui se tient au Musée Provençal du Costume et du Bijou de Grasse.

Seize silhouettes inédites issues entre autre de prêts de familles grassoises, aixoises et marseillaises, nous révèlent comment les femmes élégantes s’habillaient entre 1780 et 1900 .

Ce parcours où taffetas, froufrous, dentelles, moires, s’enrichit d’une donnée amusante et fort révélatrice des us et coutumes en matière d’apparence : l’influence de la mode parisienne .

« Toutes ces robes incarnent une certaine élégance à la française qui, progressivement s’éloigne du costume régional tout en conservant des détails forts de l’apparence provençale » explique Eva Lorenzini conservatrice du Musée Provençal du Costume et du Bijou.

Sans renier la passion des tissus de couleurs vives et des fameux "acquis" comme les indiennes, ces châles pétris d'orientalisme, l’œil du visiteur capte l’esprit parisien, plus sobre à travers des détails qui font mouche :dentelle brodée, rubans à la ceinture, nœuds…

Fort de ce savoir parisien, les élégantes commandaient alors à leurs couturières de nouvelles robes. Parmi celles composant cette riche exposition, il en est une particulièrement remarquable : une robe en taffetas changeant, période Directoire, accompagné de son fichu de coton imprimé à frange .Super romantiques ces robes en mousseline virevoltante portées vers 1865 .Dominique Larue

Dentelles et Parures,Précieuses Provençales. Jusqu'au 31 décembre 2016, Musée Provençal du Costume et du Bijou, 2 rue Jean Ossola, Grasse. Entrée libre.Renseignements au 04 93 36 91 42 ( légende photo : gravure de mode extraite du Journal des Demoiselles ,1835

Voir les commentaires

2016-07-22T14:23:09+02:00

Exposition Photos : François Gragnon et Dominique Tarlé A Noirmoutier

Publié par leboudoirdemadame
Mick Jagger et Keith Richards, villa Nellcôte ,Villefranche sur mer ,1971,photo Dominique Tarlé /La Galerie de l'Instant
Mick Jagger et Keith Richards, villa Nellcôte ,Villefranche sur mer ,1971,photo Dominique Tarlé /La Galerie de l'Instant

Pour la première fois à Noirmoutier, la Galerie de l’Instant présente une exposition de photographies en duo : François GRAGNON et Dominique TARLE. Deux artistes. Deux destinées. Deux mondes. Deux styles de photos à découvrir depuis le 17 juin jusqu’au 15 septembre 2016 à la Galerie Georges Bessière.

François GRAGNON a collaboré pendant plus de 30 ans à Paris Match alors premier magazine de France. Ses portraits de Brigitte Bardot, Steve McQueen, Alfred Hitchcock, Marlene Dietrich, Charles De Gaulle, Louis-Ferdinand Céline, Catherine Deneuve, Marcello Mastroianni, Marlon Brando, Elizabeth Taylor sont les instantanés d’une époque dorée.

Dominique TARLE, pour sa part, s’est immergé très vite et très jeune dans le rock anglais. En 1964, sous le choc de la découverte des Beatles à l’Olympia, il quitte Paris pour Londres, et photographie la jeune scène rock anglaise, les Who, Jimmy Page, Jimi Hendrix... De retour en France, en 1971, il va devenir le confident, le témoin privilégié de la vie secrète et privée des Rolling Stones. Ceux-ci, en exil sur la Côte d’Azur, vont se mettre à nu devant son objectif. Cette série deviendra mythique, un document de l’histoire du rock n’roll, lors de l’enregistrement du meilleur album des Stones, «Exile on Main Street».

François GRAGNON ,Dominique TARLE :la réunion de deux regards dans le magnifique espace de la galerie George Bessière .Ce double point de vu devrait combler les amoureux de la photo- reportage ,un public présent sur l’île de Noirmoutier pendant tout l’été 2016...

François GRAGNON er Dominique TARLE "Noir et Blanc" à la Galerie Georges Bessière place de l' hôtel de ville 85330 Noirmoutier en l' île

Voir les commentaires

2016-04-07T08:29:47+02:00

Zoom sur Seydou Keïta au Grand Palais

Publié par leboudoirdemadame
Femme, Seydou Keïta au Grand Palais
Femme, Seydou Keïta au Grand Palais

Un super constellation sur le tarmac d'Orly en partance pour Bamako et, accédant à la passerelle, une famille …Vieux souvenir des années 60 avec sur le moment, une fascination d'enfant, la mienne pour l'Afrique ! C'est cette époque et avant l'indépendance de l'ex Soudan que le photographe africain Seydou Keïta a "mis en boîte" d'abord avec un petit Kodak Brownie offert en cadeau. Autodidacte, cet adolescent promis au métier de menuisier comme son père, se forme sur le tas, épaulé par les conseils d'un voisin instituteur féru de photos. Seydou Keïta apprend les bases et se lance…En 1948, il ouvre son studio dans un quartier très animé de Bamako, pas très loin de la gare . Autochtones, voyageurs ...Il se spécialise dans le portrait de commande et engrange savoir et matériel : photos individuelles et de groupe qu'il réalise à la chambre 13 x18 et en noir et blanc avec une préférence pour la lumière naturelle.

Ce sont près de 300 de ses oeuvres dont une partie prêtée par des collectionneurs privés ( Jean Pigozzi, Agnès b… ) que le Grand Palais offre au regard du visiteur. Une vision de l'humain, d'une société que certains diront privilégiée, bourgeoise comme ses portraits de femmes richement parées de boubous chatoyants, de bijoux colorés…Oui Seydou Keïta avait à coeur de créer des images les plus belles possibles ! Un esthétisme qui dérangera certains car occultant des réalités plus douloureuses .Ici dans cette exposition ,nul pathos mais de la joie de vivre,de l'insouciance, de l'indolence .C'est ce qui rend cette exposition originale et réjouissante .

La notoriété de Seydou Keïta a été rapide à Bamako, au Mali, et dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. La valorisation de ses sujets, la maîtrise du cadrage et de la lumière, la modernité et l’inventivité de ses mises en scène lui ont valu un immense succès. Le 22 septembre 1960, la République soudanaise proclame son indépendance, Modibo Keïta devient le premier président de la République du Mali, et instaure un régime socialiste. En 1962, à la demande des autorités, Keïta ferme son studio et devient photographe officiel du gouvernement, jusqu’à sa retraite en 1977. Il décède à Paris en 2001.

Seydou Keïta,un certain regard sur l'Afrique à une certaine époque.... Seydou Keïta, Galeries nationals du Grand Palais.,Paris .Du 31 mars au 11 juillet. Dominique Larue

Voir les commentaires

2016-03-07T17:05:08+01:00

Chefs-d'oeuvre de Budapest au musée du Luxembourg : un cours magistral sur l'Art en Europe….

Publié par leboudoirdemadame
Femme à la cage ,Jozsef Rippl-Ronai ,1892, huile sur toile ,Budapest, Galerie nationale Hongroise
Femme à la cage ,Jozsef Rippl-Ronai ,1892, huile sur toile ,Budapest, Galerie nationale Hongroise

Toute exposition possède sa part de rêve et de pédagogie. Dans Chefs-d'oeuvre de Budapest au musée du Luxembourg qui débute ce mercredi 9 mars , il va s'en dire que le côté enseignement est proportionnel à la "masse" des oeuvres exposées : considérable eu égard à la période couverte:du Moyen Âge au début du XXè siècle ce qui fait de cette visite, un parcours initiatique à l'art Européen. De quoi donner le tournis pour le non avisé !

On ne s'étonnera donc pas qu' en contre point de cette exposition hors norme, des liens dits "Autour de l'exposition" (conférences,semaine littéraire hongroise,projection cinématographique …) viennent l'enrichir et apporter un complément de savoir au néophyte attiré au départ par l'affiche de présentation ( La femme à la cage de Jozsef Rippl-Ronai )…

Avec le concours de la Galerie Nationale Hongroise, Le musée des Beaux-Arts de Budapest, actuellement en période de réfection (ceci explique cela) a prêté une partie de ses collections qui fondent sa renommée. Des oeuvres signées de Dürer, Cranach,Greco,Tiepolo, Goya, Manet, Gauguin, Kokoschka,Monet… et aussi des artistes plus rares en France car moins "exposés" . On pense à Artémisia Gentileschi, Egon Schiele. Bien sûr, des artistes Hongrois sont présents et expriment ainsi mieux que tout discours, l'histoire de la Hongrie et de son rattachement à l'Autriche en 1867…

La plupart de ces oeuvres,complétées aussi par des sculptures ( pour en citer trois : Royaume de Hongrie: les rois Saint Etienne et Saint Ladislas, le Cavalier sur un cheval cabré attribué à Léonard de Vinci, les Sirènes d'Auguste Rodin ) ont été acquises par l'état et souvent grâce à la transmission de collections privées.En point d'orgue : les milliers d'oeuvres ayant appartenues à la famille Esterhazy,notamment Nicolas II Esterhazy qui en trois décennies a réuni plus de mille tableaux, milliers de dessins, des dizaines de milliers de gravures….Le joyau de la collection princière demeurant la Madone Esterhazy de Raphaël.

On s'apercoît que cette Europe de l'Art qui couvre le religieux comme le profane, s'est enrichie d'échanges artistiques intenses notamment au Moyen Âge et à la fin du XIXè siècle avec étonnante pour en rendre compte, la dernière salle de l' exposition baptisée Symbolisme et Modernité…un "pêle-mêle "grandiose à l'oeil et pour l'esprit avec des oeuvres qui en se côtoyant de manière aparrement improbable ,impressionnent encore plus . Citons Le Printemps de Franz von Stuck, La nouvelle Eve et Le nouvel Adam de Sandor Bortnyik et Femme Assise d'Egon Schiele.

On aura compris qu'avec Chefs-d'oeuvre de Budapest,il y a beaucoup a voir, à apprendre et à aimer…. Dominique Larue

Chefs-d'oeuvre de Budapest ,musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard 75006 Paris .Du 9 mars au 10 juillet 2016. Horaires :tous les jours de 10h à 19h.Nocturnes les vendredis jusqu'à 21h30. Tel: 01 40 13 62 00 .Informations complémentaires et réservations sur museeduluxembourg.fr

Voir les commentaires

2015-03-17T16:14:42+01:00

Dès aujourd'hui : Pierre Bonnard au musée d'Orsay

Publié par leboudoirdemadame
La symphonie Pastorale,Pierre Bonnard
La symphonie Pastorale,Pierre Bonnard

Mais qui donc était vraiment Pierre Bonnard ?Difficile de le saisir lui qui après des études de droit a aussi revendiqué le titre de "décorateur"…Le foisonnement de ses oeuvres exposées au musée d'Orsay tel un "coup de poing" vivement coloré mais asséné dans l'exubérance et la démesure parfois , lève le voile quitte à laisser le visiteur perplexe, un peu dérouté ,tant elles échappent à une logique.Certes beaucoup de peintres ont eu leurs "périodes " diverses mais avec Bonnard celles -çi se mêlent, s'entrecroisent sans souci de date, d'époque, de courants…une liberté jouissive."Je ne suis d'aucune école .Je cherche uniquement à faire quelque chose de personnel".Longtemps considéré comme "le peintre du bonheur" facile, il a fallu attendre les années 80 pour qu'il soit reconnu comme parmi les fondateurs de l'art moderne. Une distinction qui aurait fait frémir Picasso qui le méprisait. L' exposition qui concentre un maximum d'oeuvres notamment venues de grands musées tel que la Washington National Gallery ou de collections privées, éblouit sans coup férir. "Donner l'impression que l'on a quand on pénètre dans une pièce ,que l'on voit tout et rien à la fois" .Ce commentaire de Bonnard s'applique à cette exposition et d'autant plus ,lorsque sous le nom d'un tableau, lui très explicite ,l'on doit discerner tel ou tel détail "caché" ou motif étrange dans de grands aplats de couleurs ou de plans distordus...Le début de l'exposition nous happe avec la période japonisante (Femme au Jardin ,Le Peignoir, Femme assise au chat ) ménageant la surprise pour ensuite enflammer le visiteur avec des paravents ou panneaux décoratifs gigantesques ( une commande du collectionneur russe Ivan Monozov ),des cathédrales de verdure notamment avec toutes les toiles de paysages méditerranéennes .La partie la plus sensible rassemble les oeuvres relevant de son intimité comme: Femme assoupie sur un lit et Nu à contre-jour comme en écho à son travail de photographe ( Marthe au tub ) que le musée d'Orsay dévoile également.Une exposition de rêve ,volubile par un magicien du quotidien ."J'espère que ma peinture tiendra, sans craquelures.Je voudrais arriver devant les jeunes peintres de l'an 2000 avec des ailes de papillon" :objectif tenu ! Exposition Pierre Bonnard Peindre l'Arcadie du 17 mars au 19 juillet 2015 au musée d'Orsay, 1 rue de la Légion d'Honneur, 75007 Paris.Tel: 01 40 49 48 14-www.musee-orsay.fr

Voir les commentaires

2014-11-19T07:02:48+01:00

Expo Borgia: y aller ou pas ?

Publié par leboudoirdemadame
Expo Borgia: y aller ou pas ?

Si l'on considère cette exposition comme témoignage de la Renaissance dans un contexte précis ,alors ,ne boudez pas votre plaisir: courrez voir Les Borgia au musée Maillol car sinon oui, l'on reste un peu sur sa faim : trop peu de pièces stricto sensu y racontent intimement cette famille. D'où le sentiment de manque , d'expo "inhabitée" désertée par ses membres les plus célèbres ! Emouvant certes, la mèche de cheveu de Lucrèce ( troisième fille de Rodrigo Borgia ) pieusement remisée dans un reliquaire en malachite ou le masque mortuaire de Laurent le Magnifique mais çà ne suffit pas.Les Borgia dans l'imaginaire collectif ,ne représentent-ils pas l'incarnation des turpitudes humaines ?Violence, ambition, incestes, assassinats, luxure ne transparaissent pas dans les pièces exposées dont pas mal voir trop, d'oeuvres religieuses...un comble !Sorte d'absolution , d'expiation ?

On se consolera avec quelques tableaux ou manuscrits exceptionnels dûment signés notamment par Mantegna ( Saint Georges ) , Michel Ange ( Trois vues d'une tête de barbu,portrait présumé de César Borgia) , Lucas Cranach l'Ancien ( Martin Luther et sa femme) , Verrochio ( Saint Jérôme ), Raphaël ( portrait du cardinal Alexandre Farnèse) ...: une "belle brochette" et sorte pour nous de clin d'oeil au.. restaurant du musée Le Cortigniana (ouvert aussi le vendredi soir ) qui propose une carte Borgia très bien achalandée avec par exemple le risotto Borgia , des raviolis aux champignons,myrtille et crème de Tallegio .Là au moins on peut "déguster" du Borgia sans risque de s' empoisonner!Expo Les Borgia et leur temps Musée Maillol,59-61 rue de Grenelle 75007 Paris.Tel:0142225958. Du 1è septembre 2014 au 15 février 2015.DL

Voir les commentaires

2013-05-21T10:35:00+02:00

Peindre et "c'est tout" : Denis Brasilier

Publié par leboudoirdemadame

P1020145Né dans une famille d'artistes, Denis Brasilier n'est que peinture ! Depuis son enfance à Rome à la Villa Médicis au milieu des années 60, ses études artistiques, couronnées par le Diplôme des Beaux Arts de Paris ENSBA, son oeil capte, enregistre et restitue son Art visionnaire dans ce qu'il nomme "L'Onirisme Mathématique".Un mélange de rêves célestes et épiques d'où jaillissent des fulgurances optiques qui semblent se fondrent dans un cosmos où lui seul connait l'issue...Poser son regard sur une des toiles de Denis et c'est l'attraction irrésistible qui opère dans une sorte de tridimensionnalité onirique, vibrante de couleurs,sorte de pixellisation picturale .Tout un monde :"Son" monde à découvrir du 22 mai au 2 juin 2013 à la Starter Gallery de Neuilly.Starter Gallery , 5 rue Soyer à Neuilly sur Seine.www.statergallery.com .Contact#statergallery.com. Tél: 0147227553. D.L.


Voir les commentaires

2012-11-28T14:52:00+01:00

Canaletto à Venise

Publié par leboudoirdemadame

P1170843

La Sérénissime à Paris grâce à l'exposition Canaletto à Venise qui se tient au musée Maillol… mais hélas foule comprise!Autant dire qu'il faut mieux qu'une bonne fée veille à nous éviter la promiscuité notament celle des groupes car souvent discourtoise (les électrons libres sans conférenciers passant sans doute pour des ignares).On l'aura compris,cette exposition s'adresse d'abord aux amoureux de la Sérénissime.Ils pourront apprécier pleinement les oeuvres de ce maître du XVIIIè initialement peintre de scénographies théâtrales.Mais ne dit-on pas que la vie est un théâtre ? Et bien Canaletto dépeint cette vie sociale avec une minutie et un souci du détail proche de la photographie,le tout magnifié par une lumière éclatante,intense ( photoshop de l'époque!). Donc nulle surprise picturale mais de la beauté à l'état pur, la fidélité au "modèle" dans la cinquantaine d'oeuvres exposées qui "reproduisent" Venise: Le Grand Canal vu du Palais Balbi, La Piazetta vers le môle,L'escalier des Géants… et tous ces Vénitiens: notables,artisans, dignitaires, courtisanes....Des oeuvres dont certaines n'avaient jamais été exposées.

L'exposition très thématique fait la part belle aux collections russes ( en tête celle de Catherine de Russie) et anglaises .En effet ce sont surtout les Anglais qui les premiers grâce à Joseph Smith, un collectionneur devenu l'agent de Canaletto ont fait le succès des "verdute"( vues de villes en italien)genre pictural à part entière.A côté des oeuvres, des objets : une chambre optique similaire à celle utilisée par Canaletto pour ses repérages,son fameux Carnet de croquis.Unique dans l'histoire de l'art vénitien au XVIIIè siècle,Il consigne dessins préparatoires,esquisses avec en sus :informations, anotations...

Au fur et a mesure que la connaissance de Canaletto pour "son" Venise s'accroît,son pinceau se fait de plus en plus léger, aérien : une magie qui opèrera jusqu'à nous.Canaletto à Venise ,musée Maillol,75007 Paris.Tel: 01 42 22 59 58.Ouvert tous les jours de 10h30 à 19h.Nocturne le vendredi jusqu'à 21h30.Jusqu'au 10 février 2013

 

Voir les commentaires

2012-04-19T14:17:00+02:00

Viva Artemisia !

Publié par leboudoirdemadame

P1070642Artemisia... rien que de prononcer son nom, on vole déjà au-dessus des contingences ! Alors se rendre à l' exposition qui lui est consacrée au musée Maillol, c'est le nirvana…L'intérêt de cette rétrospective est bien sûr de découvrir ses oeuvres : sorte de hit parade, avant l'heure, d'héroïnes souvent au destin tragique : Betsabée, Danae, Cléopâtre…sans oublier, plus apaisé le cortège des Saintes : Sainte Catherine d'Alexandrie, Sainte Lucie…et deux Vierges à l'enfant , caractéristiques du style de ses premières oeuvres mais derrière les tableaux c'est le combat d'une femme qui est révélé en gros plan  ! Dès ses débuts à Rome dans le sillage de son père, Orazio Gentileschi de Lomis et de l'enseignement Caravagesque, Artemisia bataille pour exister , s'affranchir des contingences, imposer son nom et devenir  la première femme artiste admise dans une académie florentine.

Les portraits avec les célèbres variantes de Judith et Holopherne souvent interprétés comme une réponse au traumatisme du viol subi par Artemisia sont un des moments forts de l'exposition. Par le thème choisi, sa puissance d'expression, sa "photographie". De quel droit au XVIIè siècle,  une femme peut-elle s'affranchir ainsi des " bonnes moeurs "pour oser camper le meutre d'un homme ? Première femme à avoir peint des nus à une époque ou la papauté l'interdit, Artemisia nous dévoile aussi le corps de Suzanne et les vieillards et celui alangui de Danae couronné par une pluie d'or ! Des oeuvres "isolées" comme Allégorie de la Renommée, Muse de la peinture ( l' auto portrait d' Artemisia ?)...marquent une pause dans le tragique des thèmes abordés. Presque cachée dans un recoin du musée, la correspondance d'Artémisia avec son "amour béni": Francesco Maria Maranghi, parachève l'idée que l'on se fait d'elle : une femme libre et qui a dû en payer le prix ...Artémisia 1593-1654 Pouvoir, Gloire et Passions d'une Femme Peintre, musée Maillol -Fondation Dina Verny, 59-61 rue de Grenelle-75007 Paris.Tel: 01.42.22.59.58. Du 14 mars au 15 juillet 2012.Note: à lire ,l'excellente biographie d' Alexandra Lapierre : Artemisia.Un duel pour l'Immortalité ( edts Pocket ).

Voir les commentaires

2011-12-06T11:58:00+01:00

Kandinsky et Cie à La Pinacothèque

Publié par leboudoirdemadame

P1080190

On connait Kandinsky mais qui connait dans le détail son lien avec l’expressionisme allemand ? Peu de monde en vérité…C’est dans cet état d’esprit que le visiteur  novice mais aiguillé néanmoins par la curiosité se mêle aux connaisseurs pour franchir les portes de la Pinacothèque de Paris où ce courant né à Dresde en 1905 a établi ses quartiers. Inutile de potasser les explications accrochées à côté des tableaux  pour les apprécier et les décoder ! Retenir  l’essentiel suffit à savoir : la coexistence de deux courants unis par le rejet de l’académisme : Die Brücke  (Le Pont avec des peintres Munichois, Russes : Kandinsky justement ) avec des oeuvres  à la violence chromatique "amplificatrice de mouvement et dynamique" -distorsions de formes incluses- .Et Der Blaue Reiter ( Le Cavalier bleu ) qui aboutira à l’un des mouvements les plus importants du XIXè siècle : l’abstraction . La magie de cette expo c’est de tableau en tableau  se voir révéler les peintres en devenir comme côté abstrait : Picasso avec Tête de femme ,1910 ,Alexej Von Jawlensky  mais aussi d’autres artistes de courants divers notamment : Matisse ( En plein air, 1910, H.Max Pechstein ) Van Gogh ( Fleurs dans un vase ,1918/1919, Ernest Ludwig Kircher ), Lempicka ( Femmes devant une boutiques de chapeaux, 1913, August Mocke ) et même Bernard Buffet avec Le Fou ,1914 d’Erich Heckel…Une sacrée révélation ! Et pour les assoiffés de culure , une raison suffisante pour courir  à La Pinacothèque . Autre point fort de cette exposition qui se tient jusqu’au 11 mars 2012 : la présence d' œuvres issues des pays de l’Europe centrale presque jamais exposées ( toiles de Kirchner, Werefkin ) et celles , surprise...de  nombreux tableaux de Kandinsky comme Tableau avec croix, Tableau avec cercles ( 1911 ) que le peintre considérait comme le point de départ de son épanouissement moderniste . Une façon pour nous de lui emboîter le pas ! Exposition Expressionnisme allemand , Pinacothèque de Paris, 28 place de la Madeleine 75008 Paris .Du 13 otocbre 2011 au 11 mars 2012.Ouvert  tous les jours de 10h30 à 18h.Nocturne tous les mercredis.(Illustration : Grande tête de femme,, 1917, Alexej von Jawlensky )

 

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog