Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

Clic Clac

27 Février 2019, 10:03am

Publié par leboudoirdemadame

.

canards, reflets, eau, parc monceau ,paris
Reflets : lac du Parc Monceau, Paris 8è ( photo dl )

 

Voir les commentaires

Partez sur les traces de Guillaume le Conquérant avec David Bates aux éditions Flammarion

23 Février 2019, 09:28am

Publié par leboudoirdemadame

guillaume le Conquerant tapisserie de Bayeux Normandie empire outre manche Harold
Tout sur Guillaume le Conquérant avec cette biographie érudite

Ecrire une biographie de Guillaume le Conquérant, seul un spécialiste rigoureux, passionné, disons même habité par le sujet pouvait s'y atteler tant est complexe et paradoxal souvent le personnage comme d'ailleurs l' époque ( v.1027-1087 )sans compter les témoignages divers et parfois discutables des historiens et observateurs qui depuis le onzième siècle ont planché sur le sujet...Le fils de Robert le Magnifique, duc de Normandie et d' Herlève (Arlette) a trouvé son maître en la personne de David Bates, spécialiste du monde anglo-normand auquel il a déjà consacré par le passé de nombreux ouvrages ( là n'est pas d'ailleurs le seul titre de gloire de l'auteur, puisque également  entre autre, professeur émérite à l'université d'East Anglia  et docteur honoris causa de l'université de Caen Normandie ).C'est dire comment son Guillaume le Conquérant qui sort aujourd' hui en français aux éditions Flammarion est un monument de savoir : 644 pages ( sans les notes), comme brodées au petit point façon... tapisserie de Bayeux narrant comme on le sait la vie et les titres de gloire de Guillaume ,lui qui a érigé  un empire anglo-normand dont les limites s'étendront jusqu'au au milieu de XIIè siècle à l'Aquitaine et l'Anjou. Tous ceux qui s'intéressent à Guillaume le Conquérant plongeront avec intérêt et délice dans ce qui fût sa vie, lui ce fils soi-disant "bâtard" à la fois militaire hors pair et administrateur de cette terre de Normandie dont il assura prospérité : une trajectoire qui culmine en 1066 quand il se fait couronné roi d'Angleterre  à l'abbaye de Westminster après la célèbre bataille d' Hastings.Dans ce livre un "bonus" énorme si l'on peut dire : c'est la découverte de l'histoire au détail près de cette Normandie avec des noms, des coutumes  qui nous parlent et sans oublier des descriptions qui nous la rendent encore plus familière donnant envie aujourd'hui de la connaître encore mieux…..un des grands mérites de cet ouvrage parfois un peu ardu tant est implacable le souci de vérité et d'exactitude de David Bates .Guillaume le Conquérant par David Bates, collection Grandes Biographies, Flammarion.En librairie le 27 février 2019.

Voir les commentaires

Réouverture : la brasserie du Lutetia à Paris.Question : que faut-il en penser ?

14 Février 2019, 09:25am

Publié par leboudoirdemadame

Brasserie du Lutetia et chef étoilé  Gérald Passédat à Marseilles
y aller ou pas: la brasserie du Lutetia...

Après des années de fermeture, Le Lutetia boucle enfin ou presque son cycle de travaux avec l'ouverture la semaine dernière de la perle du lieu : la brasserie dont la cuisine est confiée à un chef reconnu : Gérald Passédat . Autant dire, que l'on s' y est vite rendu trop curieux de ce lieu, boosté par un triplement étoilé . Impressions et interrogations: 

"On" s'étonne du concept : une cuisine qui lorgne vers le sud, le bassin méditerranéen bien que le renouveau du Lutetia axe sa communication sur le mythe germano-pratin, ce Paris culturel de la rive gauche … En tout cas un choix qui rend perplexe d'autant qu'il rompt avec le renouveau des  "brasseries" et son florilège de plats traditionnels souvent dit "ménagers" …La clientèle et surtout celle du quartier va t-elle suivre avec cette brasserie qui en a le nom mais pas les attributs ?

"On" aime le volume de la brasserie avec visible en levant le nez, l'ébauche d'une mezzanine avec terrasse suspendue sur un jardin intérieur "qui" nous dit-on "ouvrira prochainement" comme le bar à huîtres au rez de chausse "rivé" à la baie vitrée qui rend visible la cuisine où officie tel un ballet la jeune et svelte brigade sous l'oeil de Gérald Passédat.

"On" regrette l'absence de terrasse ouverte sur la rue qui donne toujours aux beaux jours un côté convivial, sympa ...et envie de s'attabler.Souhaitons que la direction change d'avis déjà que le lieu dans son ensemble n'est pas franchement gai, gai....Manque sacrément en plus une touche féminine!

"On" apprécie les tables suffisamment espacées pour préserver l'intimité des conversations, le confort des fauteuils/chaises à bonne hauteur face à la table, la bienveillance de l'éclairage "tout en douceur ", le couvert  joliment dressé bien que sans nappe blanche, pourtant une coutume sacro-saint dans les brasseries. A noter, le service, gentil et rapide. 

"On "applaudit à l'arrivée des plats .Pas de doute la touche méditerranéenne est tangible à l'oeil et au nez  ! Simultanément, un poulet fermier aux olives accompagné d' épeautre en feuille de chou ; et de l' autre des boulettes de poisson à la Marseillaise sur fond saucé de petits légumes et pois chiches .

"On " s'esclaffe à l'arrivée d'un des desserts tant il est original et coloré : une quenelle de sorbet yaourt dans une nage vert vif composée de dés de kiwis, concombre et, quelques éclats de céleri branche : un  invité surprise et un détail qui ne figurait pas sur la carte .Cela peut être grave en cas d'allergie chez un client. Ce qui a été dit au serveur….

"On " s'acquitte de la note : 97 E pour deux avec deux plats, deux desserts ( pas de vin,pas d'eau minérale) dits principaux aux portions correctes ( à noter: les boulettes de poisson un peu sèches ) et deux desserts d'inégales portions: classique pour le gâteau au chocolat et assez chiche dans le cas de la quenelle de sorbet yaourt ( deux auraient été mieux)car facturée 17 E…

Conclusion : La cuisine managée par Gérald Passédat est savoureuse, inventive mais "and so what" . L'esprit brasserie manque à l'appel d'autant que la clientèle ce jour, assez formelle, convenue malgré quelques soi-disant VIP des médias, n'ajoute aucune ambiance! (on est loin du brouhaha sympathique d'un Lipp ou d'un Julien…) et la cuisine méditerranéenne du chef "trouble" l'ensemble avec des plats dont les prix n'ont rien d'un bistrot... A mixer deux courants, le client,lui, risque de dériver ailleurs...

Brasserie du Lutetia,23 rue de Sèvres 75006 Paris.Tel:01 49 54 46 92

Voir les commentaires

Clic Clac

9 Février 2019, 14:46pm

Publié par leboudoirdemadame

.

un papillon sur une fleur
Danse et volète le papillon ... (photo dl )

 

Voir les commentaires

Prenez un bouillon mais ...asiatique !

9 Février 2019, 14:15pm

Publié par leboudoirdemadame

L'idée de départ:renouvelez l'idée du sacro-saint pot au feu et jouez en plus la légèreté et subtilité avec cette recette parfumée et facile dont l'idée m'est venue en inspectant mon placard à "épicerie" . Ma  recette pour quatre gourmands :

1 gros blanc de poireau coupé entier mais en laissant la base 

1 gros oignon jaune

1 gousse d'ail

1 gros navet jaune coupé en cubes 

100 grammes de chou kalé

6 champignons parfumés Shitaké

400 grammes de paleron de boeuf

1OO grammes de nouilles japonaises extra-fines 

Un trait de sauce soja allégée en sel

Une pincée de 5 épices

sel et poivre 

Un peu de fines herbes  

L'art et la manière . Dans un faitout versez  2 lites d'eau et incorporez  les légumes  et la viande . Ajoutez les assaisonnements sauf les fines  herbes.

Laissez cuire deux heures au moins en surveillant la cuisson . mais en retirant  le navet et les champignons  au bout d'une petite demi heure. Quand la viande est cuite, c'est bon . Après l'avoir coupée en tranches fines et réservez, faites cuire à pars les nouilles japonaises dans de l'eau bouillante . En général deux minutes suffisent .Egouttez.

Ensuite, dressez le plat avec la viande, les légumes , les nouilles et saupoudrez le tout de fines herbes fraîches. Servez le tout bien chaud  avec le bouillon bien et accompagné de moutarde wasabi . Le joker: un oeuf dur écrasé et réparti sur le plat pour la touche couleur! 

Voir les commentaires

A voir et à boire : La Cave du Sénat Duval et Blanchet à Paris

7 Février 2019, 11:33am

Publié par leboudoirdemadame

photo de La cave du Sénat ,une boutique de vins et d'alcools
Achat,dégustation, pédagogie... à La cave su Sénat à Paris

Il est des vins comme des hommes, il y en des bons, des mauvais, des sans intérêt et des originaux . Il va s'en dire que c'est dans le positif que se situe mon propos pour  attirer l'attention sur La cave du Sénat à Paris face au jardin du Luxembourg et donc sise à proximité du Sénat !

Déjà en regardant la vitrine l'on devine que les crus qui s'y trouvent sortent de l'ordinaire a savoir : une sélection rigoureuse  où dominent des récoltants et vignerons indépendants aussi bien pour les vins que pour le Champagne ( un peu plus de  soixante dix propositions  ) et les produits distillés notamment le gin . Un sentiment confirmé par l'un des maîtres du lieu : Antoine Ménager qui avec deux autres comparses ( Olivier Duval et Aurélien Blanchet )  a crée cette affaire en 2013 visant le milieu et haut de gamme.

Franchie  la porte, c'est comme si l'on se retrouvait dans un cabinet de curiosité au look chaleureux avec étagères et décor bois ,lumière douce … 

Là sur le côté, la possibilité de goûter, commenter et bien sûr acheter …Le tout matérialisé avec bien ancré au sol, un comptoir accueillant avec bouteilles avenantes,  verres prêts à être remplis, et coupe remplie de bouchons, témoignage de dégustations passées …

Une ambiance sympathique où Antoine Ménager en bon pédagogue explique ses choix, sa sélection de crus comme ce Ravanès  coteaux de Murviel qui répond au nom intrigant de Renard Blanc ou tout aussi original, Le Clos du Rouge Gorge , le Côtes Catalanes de Cyril Fhal. Un belle promenade olfactive et gustative riches de découvertes et de savoir .

"Dieu n'avait fait que l'eau mais l'homme a fait le vin" a dit Victor Hugo… La cave du Sénat ,elle, en a son  digne représentant ! 

La Cave du Sénat Duval et Blanchet 16 rue de Vaugirard 75006 Paris.Tel : 01 73 74 10 40 

Pour en savoir plus :www.lacavedusenat.com  .Et sur Facebook @cavedusenat 

Parmi les vins,  vignerons "coups de coeurs" d'Antoine Ménager , citons :

Loire : Mathieu Delaporte à Sancerre; Domaine de la Loge en Pouilly Fumé; Domaine Thierry Germain . Languedoc : Mas des Chimères en Terrasses du Larzac; Domaine Gauby , Côte Catalane. Bourgogne : Domaine Anne Gros; Domaine des  Comtes Lafon; Domaine Méo-Camuzet ; Domaine Jean-Louis Trapet. Jura : Domaine Tissot; Domaine du pélican . Sud -Ouest : Mas del Périé; Camin Larreyda. Bordeaux : Château Haut-Barrail; Château Grand Abord . Vallée du Rhône : Domaine François Merlin ; Château Rayas; Gangloff; Domaine Mas Lauris.
Pour les crus de Champagne: Frédéric Savart, Egly Ouriet;Baudry 

Voir les commentaires

D 'actualité : découvrir ou re découvrir Franz Schubert

6 Février 2019, 14:03pm

Publié par leboudoirdemadame

L'actualité ce matin a mis en lumière la Symphonie Inachevée de Franz Schubert et ce par la magie de l'informatique : une application s'autorisant avec respect a la terminer  … Rien de tel  donc pour évoquer sa biographie, rédigée de main de maître par Brigitte Massin pour les éditions Fayard .Plus de 1200 pages scindées en deux parties : la biographie personnelle  de Franz Schubert  et celle de son oeuvre. 

Déjà, disons les choses :  il n'y a pas besoin d'être expert en musique pour apprécier a sa juste valeur cet ouvrage car il retrace  dans toute sa simplicité et complexité la vie d'un homme attachant ,tourmenté , "enfant de son siècle"  et d'un génie musical  souvent relégué par la critique  de l'époque au stade d'éternel  "débutant" et d'autant plus "snobé" par les éditeurs de musique, ces "épiciers"  comme il les nommait . En cela d'ailleurs ,il rejoignait le point de vue d'un maître qu'il vénérait: Beethoven ! 

Il faudra des décennies pour que Franz Schubert trouve enfin sa place au Panthéon des musiciens en partie grâce à Schumann qui découvrira sa  phénoménale production et oeuvrera pour le faire connaître.De là, l'époque Romantique...

Indépendamment de la vie de Schubert, c'est aussi toute l'organisation et la vie de la société Viennoise de l'époque qui sont racontées  dans cet ouvrage et c'est passionnant car cette société on la voit vivre,évoluer ...

Société puritaine, confrontée aux difficultés du quotidien ruiné par les conflits ( notamment les guerres Napoléoniennes), à la censure politique et religieuse sous Metternich ( décrets de Carlsbad) . Des périodes "corsotées" et où la Vienne impériale et ses habitants essayent de se cultiver bref, d' exister culturellement .

Cette biographie nous glisse dans les pas de Schubert  et ceux de ses amis dans la haute société et plus modestement dans  les cafés Viennois, les heurigen ( tavernes ) du côté de Grinzing et aussi dans des villages autour de Vienne, immergés dans la nature, nature que Franz  affectionnait particulièrement .Une de ses dernières oeuvres: Voyage d'hiver en témoigne...

Brigitte Massin signe là une biographie humaine et sensible, dotée d'une prose détaillée, précise, nourrie par de très nombreux textes, témoignages , lettres du musicien et de ses contemporains .Elle  donne bien sûr envie de se  plonger ensuite dans  la musique de  Franz Schubert , le "petit champignon" comme l'appelait ses amis, lui qui se désespérait de "ne pas trouver sa place sur cette terre" ….En tout cas sa biographie et sa musique  elles ont la leur dans nos bibliothèques et nos coeurs.

Franz Schubert , Brigitte Massin, Les Indispensables de la Musique, éditions Fayard 

Voir les commentaires

Y tomber ou pas : Le piège américain de Frédéric Pierucci avec Matthieu Aron

27 Janvier 2019, 16:03pm

Publié par leboudoirdemadame

Un livre qui se lit d'une traite ....

Ce Piège américain nous fait revivre les années de cauchemar vécues par cet ancien patron d'une filiale d’Alstom, Frédéric Pierrucci poursuivi pour une affaire de corruption suite à un contrat de vente signé bien des années avant, et sans qu' il ait touché un centime.Il faut avoir lu les trois cents quatre vingt seize pages de ce "Piège"  pour saisir toute l'ampleur de cet effarant cauchemar. Dès son arrivée à l'aéroport JFK de New York un jour d'avril 2013, où l'attendent des agents du FBI pour l'interpeller et l'arrêter , Frédéric Pierucci  va jouer toute sa vie, risquant à un moment donné d'écoper jusqu'à 125 ans de prison…Le principal obstacle à surmonter ? Comprendre le système juridique américain.A partir de ce moment là, sa défense jusqu' à sa remise en liberté va se jouer sur l'acceptation du "plaider coupable" propre au système juridique américain et où détails, situations et embroglios juridiques  les plus invraisemblables les uns que les autres se concluent parfois par des formules telles que " c'est comme çà"….Il faudra presque cinq années pour que Frederic Pierucci avec le soutien de sa famille, de ses amis … s'extirpe de cette sale affaire qui illustre  aussi la guerre secrète que les Etats-Unis livrent à la France et à l'Europe, laquelle affaire comme par enchantement, se dénoue simultanément avec la vente d'Alstom à General Electric…Parallèlement au compte rendu de ses années de descente aux enfers, où il raconte "sa vie" en prison dans divers établissements et au final  au Metropolitan Correctionnal Center du sud Manhattan notamment où est également incarcéré el Chapo, le célèbre baron de la drogue mexicain, Frédéric Pierucci signe là aussi un formidable ouvrage d'enseignement pour tous ceux : chefs d'entreprise, cadres  travaillant ou souhaitant travailler aux Etats-Unis... Et en connaissance de cause…Le piège américain, Frédéric Pierucci avec Matthieur Aron, éditions Jean-Claude Lattès 

Voir les commentaires

En phase avec l'époque: Vladimir Jankélévitch

19 Janvier 2019, 11:00am

Publié par leboudoirdemadame

"Seul compte l'exemple que le philosophe donne par sa vie et par ses actes", Vladimir Jankélévitch

Il est des personnages qui frappent la tête et le…coeur et l'actualité littéraire me donne l'occasion d'ajouter l'un d'entre eux à mon "Panthéon" personnel. A savoir : Vladimir Jankélévitch, philosophe et grand théoricien de la morale. En effet, Flammarion dans la collection Mille et Une Pages vient de rééditer ses premiers livres sur le sujet, écrits entre 1933 et 1967 et en particulier ceux qui sont devenus aujourd'hui introuvables. Indiscutablement, ils  sont les jalons essentiels de sa pensée et cela avec des mots clés qui "parlent" à tout le monde d'autant que son écriture comme sa personnalité est faite toute d'aisance. L'un de ceux qui assistait jadis aux cours donnés par  Vladimir Jankélévitch à la Sorbonne, se souvient encore de " son style virevoltant, fluide en plus de la façon si originale de s'emparer d'un thème sur lequel il dissertait, exposant avec passion ses émotions. Incontestablement Il tranchait " dit-il. Pour qui connaît l'oeuvre de Vladimir Jankélévitch, on peut ne pas s'en étonner lui, qui a consacré beaucoup de son temps à la musique  et en a cultivé l'harmonie avec des ouvrages comme Debussy et le mystère, Maurice Ravel, La musique et l'ineffable…"La musique des mots" se retrouve dans l'ouvrage Philosophie morale qui tel des notes " nous parle" avec bienveillance. Je pense particulièrement à des mots, têtes de chapitre comme par exemple : La mauvaise conscience; L'aventure, l'ennui, le sérieux ; Du mensonge ; L'austérité et la vie morale; Le pur et l'impur et ses thèmes comme la violence, le déniaisement par l'histoire, la phobie du corps, la fausse solution ….autant de sujet de réflexion en phase avec notre époque . L'excellente préface,menée avec maestria par Françoise Schwab et qui retrace le riche parcours de Vladimir Jankélévitch, complète Philosophie morale .On y plonge pas à pas, en prenant son temps et avec curiosité, délectation, passion en savourant  Vladimir Jankélévitch car il nous parle de "la vie,  de la vie réelle, c'est à dire de nos émotions" Philosophie morale, Vladimir Jankélévitch , Mille et Une Pages, Flammarion .

Voir les commentaires

A lire ou pas : Sérotonine de Michel Houellebecq

6 Janvier 2019, 14:07pm

Publié par leboudoirdemadame

undefined

Et bien voilà : j'ai terminé Sérotonine. Sentiment mitigé notamment sur l'équilibre narratif : on a l'impression de lire plusieurs livres à la suite. Pour synthétiser,disons que la trame de ce roman est l'évocation de plusieurs histoires d'amour ( et de "cul" bien sûr : un thème récurrent chez l'auteur et qui içi n'a rien de scabreux tant il est abordé façon rapport d'expertise médicale ) qui entraînent le lecteur sur : la Costa Brava ( tourisme de masse ), le Paris du XIIIè arrondissement, la Normandie ( entre terre et mer ) et, dans quelques autres villégiatures comme Bagnoles-de-l'Orne, le pays Basque, Niort…L' itinérance ayant le plus souvent pour terminus des hôtels plus improbables que "de charme" et où le héros : Florent-Claude Labrouste ex ingénieur Agro, "disparu volontaire " n'a qu'une chose en tête en y arrivant : déconnecter le détecteur de fumée de sa chambre ! Bien sûr toutes ces régions et lieux fort bien croqués et balisés par des détails cartographiques dignes de l'IGN et où défilent des retraités esseulés , des putes, des vaches laitières, des bobos égarés, des poules, des médecins un peu allumés ou tout au moins blasés comme le docteur Azote "à la tête de zadiste" font de Sérotonine une fresque assez hilarante mais en dent de scie d'autant que s'exerce toujours une part de cynisme, une des marques de fabrique de l'auteur.Outre les principaux  personnages : par exemple Yuzu, une des premières maîtresses de Florent-Claude qui apparaît en premier dans le roman et qu'il n' épargne pas ( faut dire que la bougresse, rivée a son portable, le mérite ) ou Camille, la douce Camille, on trouve aussi des figures annexes, sorte de melting pot  où domine l'ami de toujours de Florent-Claude : Aymeric d'Harcourt-Olonde , hobereau recyclé agriculteur campé dans un rôle de looser voué à une décente aux enfers implacable. Michel Houellebecqu parsème également Sérotonine de rencontres furtives, de jugements divers notamment culinaires comme  la charcuterie de pays ou l'art de l'houmous !  On y croise également, cités au fil des pages, quelques VIP des médias ou de l'édition ( on ne les citera pas par charité ). A noter aussi  quelques coups de griffes administrés envers : les Hollandais ( en général ), les monastères, l'aristocratie terrienne ( enfin ce qu'il en reste ), les Anglo-Saxonnes ( en particulier), les producteurs d'abricots du Roussillon, les bobos, quelques vieux Nippons….Le résultat, bien que dominé en toile de fond par l'idée du suicide est très vivant mais un peu décousu. Rien à part le désespoir de Florent-Claude qui voit mourir sa vie ne lie finalement l'ensemble dans le travail d'écriture. Est-ce grave ? Au lecteur d'en juger!Le "héros" ère page après page comme un ovni paumé, hors sol, désespéré jusqu'à sa conclusion ...  Les plus belles pages sont pour moi celles où il évoque son histoire d'amour avec Camille qu'il aime sincèrement. Bref, un roman en dent de scie où on rit et pleure ce qui rend Sérotonine émouvant et attachant en plus de l'écriture : toujours alerte, lapidaire, juste et où le sens de l'observation propre à  Houellebecqu est toujours aussi incisif, percutant, ravageur comme son humour au paroxysme  dans les soixante premières pages . Un début qui tranche avec la fin du roman et où sortir son mouchoir n'a rien d'incompatible ...Sérotonine c'est comme la molécule du même nom: un anti dote efficace mais avec possibles effets secondaires…Sérotonine, Michel Houellebecq, Flammarion 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>