Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

Le nouveau Elizabeth George : La punition qu'elle mérite ....

16 Mai 2019, 13:24pm

Publié par leboudoirdemadame

elizabeth george , roman policier, Ludlow,
Une intrigue particulièrement complexe....

Traditionnellement, les romans policiers "déboulent" aux beaux jours conformes à une activité  ad hoc  : une lecture détendante. Ce qu’il y a de bien avec le nouveau Elizabeth George c’est qu' il répond au critère pré cité mais  en faisant comme toujours, travailler les neurones du lecteur. Un paradoxe jubilatoire !

Il faut dire que l’auteur qui fait partie de mes préférés en matière d’intrigue policière a le chic pour le balader dans des méandres où quand on croit dénouer le noeud de l’affaire, elle le resserre pour mieux l' emmêler, l' égarer aussi ! 

Dans ce nouvel opus : "La punition qu’elle mérite", on retrouve les héros récurrents : l’aristocratique inspecteur Thomas Lynley et sa fidèle acolyte, le sergent Barbara  Havers tous deux  « flanqués »  cette fois du commissaire Isabelle Ardery ,une recrue improbable eu égard à son  addiction à l'alcool ! A Linley et Havers de faire avec ce qui donne lieu parfois à des  scènes assez cocasses en y ajoutant celles où Ardery et Havers s'affrontent ...

Le « terrain de jeu »   cette fois de cette intrigue se situe à  Ludlow, une petite bourgade du Shropshire  à l’apparence bien tranquille jusqu’au moment où son diacre, le très apprécié Ian Druitt, accusé de pédophilie, est retrouvé pendu. 
Suicide ? Crime ? Derrière ce mystère ," pimenté " d'un vice de procédure, justifiant  le branle-bas de combat de l'inspection générale de la police,  Barbra Havers et Isabelle  Ardery enquêtent chacune à leur manière , la première se fiant à son flair, la seconde à sa bouteille de vodka. Bien sûr  l'inspecteur Thomas Lindley orchestre le duo …
 
Au delà de l’intrigue particulièrement complexe, "La punition qu’elle mérite", révèle une cohorte de personnages du même acabit et qui s'affrontent toutes générations confondues. De paisibles habitants  apparement sans histoire  mais... le sont-ils vraiment ?  Que cachent-ils ? Autant dire combien le lecteur, est partie prenante  pour  tenter d' élucider le mystère, un mystère bien touffu , bien retors... . Bref une punition jubilatoire.
 
Pour donner le ton, un  extrait  :
"La neige se mit à tomber sur Ludlow en fin de journée.  C'était l'heure à laquelle les habitants faisaient presque tous la vaisselle, prélude à une soirée télé. A vrai dire, une fois la nuit tombée, il n'y avait pas grand-chose à faire dans cette petite ville, à part zapper d'une chaîne à l'autre ou prendre le chemin du pub. Et comme, bon mal an, Ludlow et ses vieilles murailles médiévales attiraient de plus  en plus de retraités en quête de tranquillité et de nuits paisibles, il ne se trouvait personne pour se plaindre de distractions nocturnes."
 
La punition qu'elle mérite, Elizabeth  George, éditions Presses le la Cité 

Voir les commentaires

La Boucherie à Cotignac (Var) : la boutique qui rend les femmes jolies

15 Mai 2019, 12:51pm

Publié par leboudoirdemadame

A découvrir avec les beaux jours cette nouvelle boutique ....

Le village de Cotignac regorge de belles boutiques ce qui n'est pas toujours le cas dans cette région du centre Var dite aussi Provence Verte ....

L'une d'entre elles, de mode et qui avec humour a gardé l'enseigne du précédent commerce ( une boucherie ) sait rendre les femmes jolies .Est-ce parce que c'est un homme qui est aux commandes et sait choisir ce qui plaira  aussi aux messieurs  ?

Je ne lui ai pas demandé mais j'ai constaté : des robes, des blouses, des vestes de toutes les formes plus seyantes les unes que les autres ; de toutes les matières : coton, lin, maille, étoffe effet soie  ...rivalisant de couleurs féminines  : sorbet , éclatantes aussi avec des vert tendre, des turquoise....Et sans se priver de motifs ethniques et  d' imprimés exotiques qui font chanter l'été  comme aussi  les jupes  coupées dans des matières souples virevoltantes au vent...

On aime , on est séduite et  on le dit lorsque l' on sait en plus  que tous ce prêt à porter si féminin, léger à porter vient pour la plupart d'un pays  " frontalier "...L 'Italie .Ceci explique cela non ? 

Pas de doute on le redit, oui  La Boucherie rend les femmes jolies et en plus à  prix doux pour la plupart des modèles proposés à la vente.

La Boucherie, 7 Grande Rue , 83570 Cotignac .

Voir les commentaires

So british et intemporel : La poursuite de l'amour de Nancy Mitford

18 Avril 2019, 10:38am

Publié par leboudoirdemadame

A lire d'une traite...

« Je suis normal, ma femme est normale, mais mes filles sont toutes plus folles les unes que les autres » . Ainsi s’exprimait David Ogilvy Freeman-Mitford, 2è baron Redesdale, le père des « soeurs Mitford « qui dans leur genre ont chacune fait parler d’elles ! 
Si je commence cette chronique par cette citation, c’est pour situer le contexte social dans lequel Nancy, l’aînée a « ancré » « La poursuite de l’amour » sorti en 1945 et qui lui a valu un succès littéraire sans précédent avec plus d’un million d’exemplaires vendus !

Cette aristocratie British n’a jamais été à l’époque et entre les deux guerres, aussi bien dépeinte et "épinglée" que par cette « soeur Mitford » passionnée d’écriture . 
Sous sa plume, caustique, alerte et très resserrée ( d’où une lecture fluide, vivante qui m'évoque celle de Stefan Zweig ), Nancy met en scène Linda, un peu de son double, elle qui eût une vie sentimentale triste et ratée et dont " elle ne soufflait mot par bonne éducation, par crâneriez, parce qu’elle se jugeait avec autant d’humour et d’ironie qu’elle jugeait le monde" comme l’écrit Marcel Schneider dans la préface.

A l’approche de la guerre de 39/45, le lecteur met donc ses pas dans ceux d'une famille  excentrique, et avec deux personnages principaux : Linda, évoquée plus haut ,une jeune femme  fantasque , incorrigible rêveuse et inconséquente et plus posée, la prudente Fanny, la narratrice autour desquelles, tante, père ,beau-frère, mère, oncle, relations ...gravitent avec chacun une personnalité haute en couleur. Tout ce petit monde séjournant dans la demeure familiale des Radlett à Alconleigh dans la campagne d'Oxfordshire. 

Fanny et Linda, toutes deux « désireuses de conquérir leur destin, aspirent à l’amour comme elles s’éprendraient d’un rêve ". S'en suit la confrontation avec la réalité...

Au delà du récit « de famille » ,irrésistible, Nancy Mitford, dépeint un thème éternel et révèle aussi des sujets tabous sur la société en général , de l’Europe entre deux guerres et en temps de guerre aussi . Bref un livre dont on comprend le succès à l’époque et qui n’a pas pris une ride par certains côtés….

Dans le genre shocking citons aussi toujours de Nacy Mitford, "Charivari" qui causa aussi à sa publication une brouille familiale.Et plus calme : L'amour dans un climat froid.

La poursuite de l'amour , Nancy Mitford, éditions 10/18

Voir les commentaires

Un document : Françoise Dolto veuve de guerre à sept ans aux éditions Gallimard

13 Avril 2019, 12:33pm

Publié par leboudoirdemadame

francoisedolto psychanalyse enfance maltraitance
la grande guerre vue et vécue par une enfant ...

 Pourquoi devrait-on s’intéresser à cet ouvrage sur Françoise Dolto si l’on n'est pas concerné directement par la psychanalyse enfantine ? La question est posée et qui franchit le pas en le lisant a ... la réponse. 

Posons déjà le « décor » : la guerre de 1914-1918. Un petite fille, Françoise Marette grandit à Paris dans une famille bourgeoise et  catholique emprunte de codes sociaux auxquels les enfants doivent se plier. La petite Françoise est parmi toute la fratrie, la plus curieuse, la plus lucide et la plus responsable de ses actes devant Dieu et les hommes.  
Le personnage central de son existence est son oncle Pierre, soldat au front dont elle est la marraine de guerre .
Grosse responsabilité dont Françoise s’acquitte avec entre eux, une correspondance qui révèle une relation privilégiée. La petite fille se vit comme sa « fiancée ». N'écrit-elle pas:
 « j’ai choisi une maison pour toi et moi, et nos quatre enfants » . 
Correspondance qui révèle aussi la peur que Françoise a pour la vie de son oncle et l' incompréhension face à cette guerre. 
Des questions sans réponses qui le 6 juillet 1916 atteignent leur paroxysme: l’oncle Pierre est mortellement blessé au Sphinx de la Tête des Faux, dans les Vosges .
Françoise est anéantie et reste isolée face à ce deuil d’autant que comme le soulignent les auteurs, ce souvenir est réactivé par les adultes, notamment  par sa grand mère maternelle qui lui donne une tournure presque mystique...
Tout ce contexte de guerre, de mystère, de silence, d’interrogation, d’expériences personnelles  et d'impuissance ont fourni à Françoise Marette un « terreau » dont on peut penser légitimement qu’il a inspiré sa destinée professionnelle. « Je ne serais jamais devenue psychanalyste sans ce drame familial » confie-t-elle d'ailleurs  dans Traversée du siècle. 
Françoise Dolto veuve de guerre à sept ans, raconte ce cheminement psychologique qui rend compte de l’ expérience de guerre vue du point de vue d’ un enfant.
Un point de vue intime. Un témoignage qui a une valeur universelle et intemporelle et justifie pleinement la lecture de ce récit nourri par  la compréhension que cette grande psychanalyste a eu du monde de l'enfance . 
A noter, la riche iconographie notamment celle de documents personnels fournis par Catherine Dolto, la fille de Françoise .DL
 
1914-1918 Françoise Dolto veuve de guerre à sept ans par Manon Pignot et Yann Potin, Hors série  Connaissance, éditions Gallimard 

Voir les commentaires

Clic-Clac

13 Avril 2019, 12:32pm

Publié par leboudoirdemadame

telle une dentelle...

 

Voir les commentaires

Lire ou ne pas lire Mourir sur Seine de Michel Bussi ?

25 Mars 2019, 03:15am

Publié par leboudoirdemadame

en toile de fond : la célèbre Armada de Rouen dont la prochaine aura lieu cette année du 6 au 16 juin

Et bien voilà, voulant lire du "léger" pour me dégager de l'emprise de livres "sérieux", je tombe sur un Michel Bussi . Non pas le dernier ( J'ai dû rêver trop fort , éditions Presse de la cité ) mais un ancien : Mourir sur Seine . Et bien... c'est bien je trouve. Bien mené ! Un vrai policier fourmillant de personnages bien campés, pittoresques et où l'intrigue, le meurtre d'un marin mexicain pendant la célèbre Armada de Rouen, mixe rationnel et irrationnel : marque de fabrique de l'auteur .De plus Mourir sur Seine nous ballade dans la belle ville de Rouen avec un "chemin balisé" grâce aux noms des rues très bien cités . On s'y promène avec les personnages ! Et aux alentours aussi sur rives et marais...Du bien glauque .Le second intérêt outre l'intrigue, réside dans cette Armada qui met la ville sans dessus de dessous eu égard aux centaines de milliers de visiteurs venus admirer et visiter les plus grands voiliers et bâtiments de guerre.Cerise sur le gâteau : cette manifestation dont la dernière a eu lieu il y a six ans, et bien se tiendra cette année du 6 au 16 juin . Bref pour en savoir plus et passez un bon moment de lecture, branchez-vous sur Mourir en Seine ! Mourir du Seine Michel Bussi, éditions Des Falaises à Rouen .

Voir les commentaires

Peut-on tomber amoureux d'un jardin ? Réponse avec L'Héritier de Vita Sackville-West,éditions autrement Littérature

22 Mars 2019, 22:52pm

Publié par leboudoirdemadame

Vita sackville-West
comme une bouffée d'air pur...

Un homme modeste, timoré c'est Peregrine Chase qui hérite de sa tante Phillidia du domaine de Blackboys dans la campagne anglaise . Il n’a qu’une idée : le vendre pour éponger ses dettes mais car il y a un mais et de taille, contre toute attente ,il tombe amoureux de Blackboys et de ses terres .Certes, le sentiment éprouvé se fait discret au départ puis grandit au fur et a mesure que Peregrine parcourt le domaine ce qui bien sûr l’énerve, l’agace allant jusqu’à retourner en ville pour oublier son dilemme.De leur côté, les notaires chargés de la vente, ajoutent à son trouble et l’un d’eux, bienveillant, le digne Nutley, lui apprend Blackboys : cinq siècles d’histoire, vingt générations de Chase, des fermes alentours dont le domaine assure la survie, une maison de maître au charme certain et « au coeur de toutes choses », imperfections comprises comme cet escalier trop ciré et dehors dans un jardin croulant sous les fleurs, des…paons dont on dit qu’ils se laisseraient mourir. Bref l’acquis d’un savoir, d'un esprit enchanteur et qui sous l'oeil de ses aïeuls portraiturés, procurent à Chase des sensations nouvelles : la confiance et l'audace qui plus tard lui en feront découvrir une autre : la plénitude . Arrive donc le jour j, fatidique celui de la vente aux enchères avec on l'aura compris un Chase transformé, déterminé et qui, on l’aura deviné se portera acquéreur de son héritage et ce en bataillant ferme ! Ecrit avec une plume inspirée ( Vita Sackville-West avait l’expérience de Sissinghurst, sa propre demeure) L’Héritier se lit d’une traite et se savoure comme une bouffée d’air pur. A noter: roman court, L'Héritier ( éditions autrement littérature ) indisponible en France depuis plus de 30 ans, est aujourd'hui réédité avec une préface de son traducteur Jean Pavans, spécialiste d'Henry James et Edith Wharton

Voir les commentaires

Sujet brûlant : Les feux de Shôhei Ôoka

18 Mars 2019, 01:21am

Publié par leboudoirdemadame

L'histoire d'un homme et finalement de tous...

Bien que Les Feux , considéré comme l’un des chefs d’oeuvre de la littérature japonaise est à première vue  peu susceptible d'intéresser d'emblée (outre bien sûr sa qualité d’écriture ), il happe son lecteur, oh surprise!  dès la première page.La toile de fond de ce roman ? La jungle des Philippines au moment de la débâcle de l’armée Japonaise face à l’armée Américaine en 1945.La raison ? C’est que le sujet majeur des Feux, c’est l’homme, confronté à la désespérance, l’horreur de la guerre, à la défaite. Et ceci à travers l’errance d’un jeune soldat résigné par ce qu'il pense : sa mort prochaine car comment survivre à la faim, aux blessures, à la nature et à la population hostile ? Curieusement c’est dans ce renoncement, cette abnégation programmée  que le soldat Tamura va trouver la force, le courage et l’audace pour avancer.Et vivre .Dans cette quête, ajoutons la Foi, source majeur d'inspiration et qui vaut à ce roman des passages de pure beauté.De rencontre en rencontre avec l’ennemi ou d' autres soldats en déroute, Tamura est mis face à un dilemme universel : faut-il rester humain ou sauver sa peau ? Réponse dans ce livre- témoignage inspiré en grande  partie par la propre expérience de l’auteur puisque Shôhei Ooka a subi les affres de cette guerre . A noter : Les Feux a remporté le prestigieux prix Yomiuru et a gagné son statut de roman culte, lu dans le monde entier et adapté deux fois au cinéma .Les Feux, Shôhei Ôoka, éditions Autrement .Traduction du Japonais par Rose-Marie Makino-Fayo

Voir les commentaires

Les mythes vous interpellent ? Les légendes aussi ? Ce livre est pour vous !

13 Mars 2019, 14:38pm

Publié par leboudoirdemadame

Un ouvrage où se perdre délicieusement...

La pluie, les bruits nocturnes, les esprits conducteurs du vent, la lune et le songe des jeunes filles, les pierres fatidiques, les bons et mauvais augures tirés du chant, les colliers, l'importance du chiffre 365, la dame qui accouche de nombreux enfants, le feu Saint-Elme, les empreintes du sol, les herbes merveilleuses et imaginaires, le langage rustique des fleurs, les menhirs, les loups-garous, les pierres a marier, les bains rituels à la Saint-Jean et à quelques fêtes ….Autant de sujets "divinatoires" à clés parmi tous ceux classés par thème qui composent cet ouvrage fort érudit et très agréable à lire car souvent amusant ,plein d'humour, de mystère et sur TOUS les événements fantastiques, tous les récits extraordinaires recensés ou intervenus dans le moindre village de France, du Moyen Age au début du XXè siècle . Ce livre composé entre 1904 à 1906 fait comme le dit la 4è de couverture " revivre les sources orales définitivement taries; il nous livre, brutes,les divers explications du monde, les interprétations des phénomènes naturels élaborées dans les campagnes autrefois;il représente ce qui nous reste de l'héritage naufragé de nos ancêtres "Révélé aussi içi "l'imaginaire de notre pays en des siècles où il s'exprimait exclusivement par tradition orale, la fiction littéraire n'étant apparue que très tardivement ".Croyances, mythes et légendes des pays de France ,Paul Sébillot, Omnibus

Voir les commentaires

Dessert en blanc : le Blanc-Manger au lait d'amande

4 Mars 2019, 10:03am

Publié par leboudoirdemadame

blanc-manger amande dessert fromageblanc bjork
bon, beau et super bluffant: le Blanc-Manger ....

Tout bon , tout beau  et du plus bel effet ce Blanc-Manger amandé et dont la recette est  facile a réaliser 

Pour 4 gourmands il vous faut:

50 cl de lait d'amande intense Bjork

50 grs de sucre en poudre 

Un peu de sucre glace 

5 feuilles de gélatine 

300 grs de fromage blanc lisse fermier entier 

Recette . Diluez les sucres dans le lait d'amande puis incorporez dans celui-ci les feuilles de gélatine préalablement ramollies dans l'eau froide ( et essorées) puis brassez. Ensuite ajoutez le fromage blanc entier et "battez" le tout . On peut ajouter au besoin un peu de crème fleurette pour d'avantage d' onctuosité . 

Versez la préparation dans un moule rond en silicone. Exemple de taille par rapport au volume de la préparation : 18 cm de diamètre . Placez le tout au frigidaire minimum 8h. L'idéal restant - par expérience- 24 h pour que le Blanc-Manger soit vraiment pris et  encore plus goûteux au niveau saveur. 

Au moment de servir après le démoulage, décorez  le Blanc-Manger avec par exemple des framboises, fraises ou autres fruits exotiques : ananas, mangue…

Très important :choisissez un fromage blanc d'excellente qualité . Le coup de main réside aussi  dans les proportions qui peuvent varier au goût de chacun.  Question de feeling!

Ce n'est pas une recette fixe ( le lait d'amandes peut être remplacé par an autre type de lait végétal : question de goût ) Celle-ci d'ailleurs m'a été inspirée par un cahier "des familles" à l'ancienne où il fallait faire infuser des amandes dans de l'eau puis filtrer …une étape  fastidieuse dont nous dispense le lait d'amandes "tout fait". 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>