Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lire ou pas : Cadix,ou la diagonale du fou...

par leboudoirdemadame 3 Mars 2012, 14:31 livres

Ecrire un roman d’aventure …à ce jeu, l’écrivain espagnol Arturo Pérez-Reverte s’y est frotté avec succès et à maintes reprises . On l’aura compris cet éminent membre de la Real Academia Espanola a en main un lectorat fidèle et en France aussi . Qui ne connaît pas Le capitaine Alvarist son héros récurrent et au fil des ans : Le maître d’escrime, Le tableau du maître flamand, La reine du sud……..Son dernier roman traduit par le fidèle François Maspero aux éditions du Seuil : Cadix, ou la diagonale du fou était lourd de promesse ! Personnage principal cette fois : une ville au temps des guerres napoléoniennes .Une des plus fantasques, libérales aussi à l’époque : Cadix la blanche encerclée par les troupes françaises mais toujours enclin à faire la fête, trafics en tous genre inclus ! Là pris sous le feu croisé des tirs et sous l’assaut des pirates attirés par des prises de guerre, une série de meurtres de jeunes femmes est commis là où tombent les bombes françaises. Impacts dessinant un tracé géométrique comme sur une  grille de jeu d’échecs .Alors l’intrigue se met en place avec des personnages truculents comme Simon Desfosseux, le hardi capitaine d’artillerie, le commissaire Tizon au physique très Peterustinovien, et aussi Fumagal taxidermiste et agent de renseignement. ..Bref, Arturo Pérez-Reverte ne lésine pas sur le nombre des personnages : il en pleut comme les balles à Gravelotte. Et c’est là ou le lecteur commence à perdre pied, noyé en plus dans des explications techniques! La présence de la belle Lolita Palma, belle Gatidane et femme d’affaires réchauffe un peu l’atmosphère et quand elle rencontre le pirate Pepe Lobo on se dit enfin qu’il va se passer quelque chose. Et bien rien : nada de nada : l’intrigue avance aussi froide qu’un affût de canon ! A moins de vibrer uniquement pour les récits d’artillerie et de marine on s’ennuie ferme tout au long des quelques sept cents pages. Pepe Lobo le corsaire reste droit dans ses bottes et Lolita dans son châle des Indes ! Manifestement  Arturo Pérez-Reverte réprouve le sentiment et la fête des sens dans ce roman qui pourtant le méritait...Cadix,ou la diagonale du fou, éditions Seuil.

 

 

Haut de page