Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

Toujours jeunes et jolies:les cocottes LE CREUSET !

30 Mars 2015, 15:07pm

Publié par leboudoirdemadame

Une star couverte de roses: la cocotte en fonte émaillée LE CREUSET
Une star couverte de roses: la cocotte en fonte émaillée LE CREUSET

Elles fêtent leur 90 ans ,se vendent à "quelques milions" d'exemplaires chaque année dans le monde et telles des coquettes, se parent de couleurs digne d'une palette de maquillage. Ce sont les cocottes LE CREUSET,une marque leader mondial de la fonte émaillée avec au moins 60% de parts de marché.Une bonne raison d'interroger Florence Thiry Mairesse, directrice du marketing division France et Benelux.

La cocotte... n'est-ce pas la star de la maison ?

C’est effectivement le produit phare … L’icône ! Celle qui est tant rentrée dans les mœurs qu’on a l’habitude de dire « j’ai une LE CREUSET à la maison « - un générique en somme- Notre société est l’inventeur de la cocotte en fonte EMAILLEE : la couleur fait partie de notre vie quotidienne et de nos valeurs fortes – elle est aussi un signe de reconnaissance de la marque – nous fabriquons en moyenne 43 coloris par an afin de répondre à la demande du monde entier ! Pour ce qui est des coloris " bonbons ou macarons" nous pouvons remonter très loin dans l’histoire pour en trouver déjà dans les années 50 . Une marque comme LE CREUSET se doit de toujours renouveler son offre afin de s’adapter aux tendances et de créer l’envie, la surprise et le besoin .Cela fait partie intégrante de son ADN et notre service R&D est continuellement à la recherche de nouvelles technologies permettant de réaliser ce qui encore aujourd’hui impossible !

Chaque année de nouveaux modèles de cocottes.Peux-t-on dire que Le Creuset gère la marque comme une entreprise de mode avec des collections ? Et pourrait on imaginer une collaboration avec un couturier,un grand maquilleur ?

J’aime beaucoup cette comparaison car oui nous avons à cœur de lancer des "collections "régulièrement – pas aussi rapidement que la mode parce que nous ne consommons pas des cocottes garantie à vie comme des petites robes mais de façon très récurrente -. A l'affiche cette année ,une quinzaine de coloris comme vert Palm, Chiffon Pink, Bleu Marseille ou encore Cerise... Certains coloris tels que les roses fuchsias nécessitent aujourd’hui de la poudre d’or afin de parvenir aux résultats souhaités ! A nous de trouver un palliatif qui nous permettra un jour de mettre ce coloris sur le marché à un prix acceptable !L'idée d'une personnalité de la mode ou de la beauté n'est pas un rêve impossible...la porte est grande ouverte

Nous avons fait appel à quelques designers dans le passé et qui ont grandement participé à la notoriété de la marque.Quant à la forme :ovale, ronde …il est difficile de proposer un modèle qui soit différent de ceux avec lesquels nos utilisateurs ont été bercés .On choisit souvent le modèle que notre grand-mère ou mère utilisaient à moins d'en avoir hérité.

Dans combien de pays distribuez-vous la marque ?

Plus de 60 pays dont 33 filiales . 95% de notre CA se fait à l’export : l’art de manger à la française …Offrir Le Creuset est vécu comme le nec plus ultra dans la quasi-totalité des pays du monde : LE CREUSET est à la cuisine ce que VUITTON est à la maroquinerie dans beaucoup de pays où nous sommes distribués .Les goûts en matière de couleurs, formes diffèrent. Les USA par exemple préféreront des coloris plutôt sombres et de grands contenants quand le JAPON adore les coloris pastel et notamment toutes les teintes de rose et de toutes petites cocottes.

Pourriez-vous dire comme à l'instar de Julie Andrieu et son livre "Mes Cocottes" que celles-çi incitent à se mettre en cuisine ?

Je ne pourrais certainement pas dire mieux mais il est vrai que la cocotte est une amie avec qui on partage la promesse de merveilleux moments avec tous ceux qui nous sont chers. Ces cocottes sont de parfaites ambassadrices de la tradition culinaire.Affirmer que ce sont les meilleures, ce sont à nos consommateurs de le dire ( et ils en parlent bien mieux que nous ! ).En tous les cas, les médias ne cessent de remettre les recettes en cocotte au goût du jour et de vanter ses qualités.Bien sûr de grands chefs comme Jean Sulpice par exemple les utilisent dans leurs restaurants. J’ai moi-même une cocotte blanche qui a 20 ans et dont je me sers quasi quotidiennement pour un oui ou pour un non … Toujours avec autant de plaisir et à m’émerveiller des résultats : elle se réinvente tous les jours !

Quand on rentre dans un magasin Le Creuset, difficile de choisir une couleur de cocotte parmi toutes .Y a-t-il un moyen pour trancher et se décider ?

Sur notre site www.lecreuset.fr un quiz d'une vingtaine de questions comme par exemple :quel est votre élément favori ? Quels sont vos aromates et épices préférés… est proposé avec comme finalité la désignation de la couleur qui correspond le mieux à votre personnalité. Cela n'exclue pas de craquer pour plusieurs coloris donc plusieurs cocottes.

Voir les commentaires

"All is true" : Les Tudors au musée du Luxembourg

24 Mars 2015, 16:17pm

Publié par leboudoirdemadame

Elisabeth 1er dit The Darnley Portrait vers 1575 ,huile sur bois, National Portrait Gallery, London England
Elisabeth 1er dit The Darnley Portrait vers 1575 ,huile sur bois, National Portrait Gallery, London England

Si le selfie avait existé à l'époque de la Renaissance, gageons que Les Tudors en auraient fait grand cas. L'importance accordée aux portraits par cette dynastie saute aux yeux dans l'exposition qui se tient au musée du Luxembourg et qui présente des oeuvres phares venues des plus grands musées notament la National Portrait Gallery de Londres . Les cinq Tudors ( de Henri VII à Elisabeth 1er ) qui se sont succédés entre 1485 et 1603 ont joué de cette "communication "visuelle pour asseoir leur autorité, faire rayonner leur prestige et attirer les artistes venus d'Italie,des Flandres et contrées germaniques …

Une initiative à hauteur de leur ambition! Ces portraits royaux, réunis ensemble pour la première fois en France ,offrent un regard complet sur l'histoire du royaume en pleine mutation politique, recherche d'alliances et aussi en rupture avec l'Eglise catholique.

Le plus symbolique et le plus connus de ces portraits, réalisé par Hans Holbein le Jeune, montre Henri VIII imposant de stature, poings à la taille, pieds solidement ancrés au sol comme sur le globe terrestre! Au delà de cette représentation royale avec souvent des peintures gigantesques qui mettent en scène également conjoints ( Anne de Clèves…) et prétendants ( Eric XIV de Suède, Robert Dudley comte de Leicester…) ,les détails de ces oeuvres, révèlent la somptuosité de la Renaissance avec des vêtements richement travaillés, faites d'étoffes aux couleurs et fourrures, exclusivement réservées aux membres de la famille royale. Une cape d'Henri VII en velours d'or dite Chape de Stonyhust ,exposée au début des salles, donne de visu une idée de cette magnificence !

Les femmes dans cette dynastie ne manquent pas de panache avec des portraits hauts en couleurs par exemple celui d'Elisabeth 1er dit Portrait au phenix qui renvoie à des objets plus familiers comme son anneau de nacre cerclé de pierres précieuses, cachant dans le cabochon un portrait de sa mère Anne Boleyn ou, ayant justement appartenu à cette dernière, un ravissant pendentif sifflet en or offert par Henri VIII.

L'exposition est aussi une occasion d'évoquer les rapports entre L'Angleterre et la France tout au long du XVIè siècle : des liens parfois houleux comme la rivalité d'Henri VIII avec François 1er, leur rencontre au Camp du Drap d'Or. Une magistrale rétrospective pour une famille entre mythe et légende mais où " tout est vrai " comme cela est écrit en anglais à fin de la visite : "All is true" . A noter :d'autres belles surprises visuelles à découvrir dans cette exposition comme ce film de 1912 dévoilant Sarah Bernhardt en Elisabeth 1er.DL

Exposition Les Tudors du 18 mars au 19 juillet 2015, musée du Luxembourg, 19 rue de Vaugirard 75006 Paris.Tel: 01 40 13 62 00 ( illustration Elisabeth 1er dit The Darnley Portrait vers 1575 ,huile sur bois, National Portrait Gallery, London England).

Voir les commentaires

Chat alors :la souris qu'il lui faut !

21 Mars 2015, 14:56pm

Publié par leboudoirdemadame

Chat alors :la souris qu'il lui faut !

Epatant cette souris mécanique "évoluée" pour distraire votre amour de chat .Pas besoin de la remonter comme avec une clé .Fonctionnant sur piles rechargeables,elle se télécommande comme n'importe quel jouet . Une fois en marche , à vous de la diriger droit devant, en arrière toute mais aussi à droite, à gauche….Certains félins comme Arthur, Dolly, Romy et Lola vont apprécier…. Souris téléguidée Vitakraft .En vente notament à Monoprix ( 16E).Aquarelle originale dl

Voir les commentaires

"Chauds les palmiers !"

19 Mars 2015, 11:59am

Publié par leboudoirdemadame

"Chauds les palmiers !"

Croquants et avec une touche personnelle , ces palmiers vite faits au goût de noix de coco et amandes. Pour cette recette ,il vous faut :

- un rouleau de pâte feuilletée pur beurre

- 50 g de noix de coco râpé

- 50 g de poudre d'amandes

L'art et la manière. Déroulez la pâte sur un plan plat. Saupoudrez en demi cercle la pâte: d'un côté avec la noix de côco râpée et de l'autre, de poudre d'amandes. Ensuite repliez la pâte sur elle même et simultanément de chaque côté puis coupez des "tranches" de 2 cm environ .Posez- les tranches sur la plaque du four recouvert de papier cuisson. Enfournez à four pré chauffé à 220 ° pendant quinze à vingt minutes environ.Au final,sortez la plaque et laissez refroidir .Bien sûr ces palmiers s'accomodent d'autres "parfums":poudre de cacao, zeste de citron…. Alice Desfourneaux

Voir les commentaires

Dès aujourd'hui : Pierre Bonnard au musée d'Orsay

17 Mars 2015, 16:14pm

Publié par leboudoirdemadame

La symphonie Pastorale,Pierre Bonnard
La symphonie Pastorale,Pierre Bonnard

Mais qui donc était vraiment Pierre Bonnard ?Difficile de le saisir lui qui après des études de droit a aussi revendiqué le titre de "décorateur"…Le foisonnement de ses oeuvres exposées au musée d'Orsay tel un "coup de poing" vivement coloré mais asséné dans l'exubérance et la démesure parfois , lève le voile quitte à laisser le visiteur perplexe, un peu dérouté ,tant elles échappent à une logique.Certes beaucoup de peintres ont eu leurs "périodes " diverses mais avec Bonnard celles -çi se mêlent, s'entrecroisent sans souci de date, d'époque, de courants…une liberté jouissive."Je ne suis d'aucune école .Je cherche uniquement à faire quelque chose de personnel".Longtemps considéré comme "le peintre du bonheur" facile, il a fallu attendre les années 80 pour qu'il soit reconnu comme parmi les fondateurs de l'art moderne. Une distinction qui aurait fait frémir Picasso qui le méprisait. L' exposition qui concentre un maximum d'oeuvres notamment venues de grands musées tel que la Washington National Gallery ou de collections privées, éblouit sans coup férir. "Donner l'impression que l'on a quand on pénètre dans une pièce ,que l'on voit tout et rien à la fois" .Ce commentaire de Bonnard s'applique à cette exposition et d'autant plus ,lorsque sous le nom d'un tableau, lui très explicite ,l'on doit discerner tel ou tel détail "caché" ou motif étrange dans de grands aplats de couleurs ou de plans distordus...Le début de l'exposition nous happe avec la période japonisante (Femme au Jardin ,Le Peignoir, Femme assise au chat ) ménageant la surprise pour ensuite enflammer le visiteur avec des paravents ou panneaux décoratifs gigantesques ( une commande du collectionneur russe Ivan Monozov ),des cathédrales de verdure notamment avec toutes les toiles de paysages méditerranéennes .La partie la plus sensible rassemble les oeuvres relevant de son intimité comme: Femme assoupie sur un lit et Nu à contre-jour comme en écho à son travail de photographe ( Marthe au tub ) que le musée d'Orsay dévoile également.Une exposition de rêve ,volubile par un magicien du quotidien ."J'espère que ma peinture tiendra, sans craquelures.Je voudrais arriver devant les jeunes peintres de l'an 2000 avec des ailes de papillon" :objectif tenu ! Exposition Pierre Bonnard Peindre l'Arcadie du 17 mars au 19 juillet 2015 au musée d'Orsay, 1 rue de la Légion d'Honneur, 75007 Paris.Tel: 01 40 49 48 14-www.musee-orsay.fr

Voir les commentaires

Citation du jour

17 Mars 2015, 08:55am

Publié par leboudoirdemadame

Agir c'est se protéger" Françoise Giroud

Voir les commentaires

Le "soldat" Sylvain Tesson et sa Berezina...

15 Mars 2015, 14:35pm

Publié par leboudoirdemadame

L'aventure au fil des pages :Berezina, Sylvain Tessson, éditions Guérin
L'aventure au fil des pages :Berezina, Sylvain Tessson, éditions Guérin

Qu'offrir à un ami qui ronchonne après le manque d'aventures ? Un livre : Berezina de Sylvain Tesson. Napoléon, la Russie peuvent laisser indifférent mais ces deux entités, restituées par la plume de ce baroudeur -écrivain à travers l'histoire de cette campagne Napoléonienne, convainc du contraire ! L'homme ne ronchonne plus, captivé qu'il est par cette épopée de quatre mille kilomètres dans un side-car Oural brinquebalant ( à lui seul un personnage ) et sous des températures sibériennes que seule la vodka "adoucit" aux étapes parfois très aléatoires .Le 2 décembre 2012 à Moscou , Sylvain Tesson flanqué de trois comparses, baroudeurs comme lui, met ses pas dans ceux de la Grande Armée de 1812, épaulés entre autre par le récit de campagne de Caulaincourt, le grand écuyer de Napoléon. Etape après étape :Borodino, Smolensk,Minsk, Vilnius…Sylvain Tesson couche sur le papier,la défaite et les horreurs de cette campagne engluée dans la boue, la glace ,les traquenards tendus par le général Koutozov. On frémit à la narration de cette défaite, déroute humaine où les pages les plus poignantes sortes de "tableaux vivants" décrivent le sacrifice des chevaux . "S'il y a une innocence fauchée par la guerre,c'est bien celle des animaux :ils se seraient passés de la violence de hommes ". Mené tambour battant, le texte de Sylvain Tesson, agrémenté d'anecdotes désopilantes voire burlesques, notament les pannes de side-car et les haltes dans des isbas de fortune, défile au fil de ces quinze jours de périple pour s'emboîter pile-poil avec celui de la grande Histoire contée par Caulaincourt .Une double lecture passionnante et haletante qui ne doit rien à la vodka (même si nos baroudeurs y font assez souvent honneur) mais à la passion et la minutie avec lesquelles, Sylvain Tesson a préparé cette expédition allant même jusqu'à programmer au jour dit, l'arrivée à Paris sur la place des Invalides, bicorne sur la tête. Dommage que cette aventure ait fait l'impasse sur des photos d'autant qu'un des trois comparses est photographe ...Beresina, Sylvain Tesson, éditions Guérin.

Voir les commentaires

Fleurs de pavé

14 Mars 2015, 17:31pm

Publié par leboudoirdemadame

Fleurs de pavé

(photo DLK reproduction interdite)

Voir les commentaires

Tatiana de Rosnay raconte Daphné du Maurier...

14 Mars 2015, 15:35pm

Publié par leboudoirdemadame

Une vie de femme libre: Daphné du Maurier racontée par Tatiana de Rosnay
Une vie de femme libre: Daphné du Maurier racontée par Tatiana de Rosnay

Il ne faut pas s' étonner que Tatiana de Rosnay se soit intéressée à Daphné du Maurier. C'est que l'auteur de Rebecca, exerce une fascination similaire à celles de ses héroïnes." C' est un personnage de roman " explique bien volontiers Tatiana ! Ce fameux roman : Rebecca ,vendu à des millions d'exemplaires depuis sa sortie en 1938, a apporté à Daphné du Maurier le succès mais comme l'avait prédit son éditeur ,également la vindicte de la critique qui lui a toujours reproché cette gloire "façile" . Cette critique aveugle, bornée, s'est obstiné toute la vie de l'auteur à ne voir en elle, qu'un auteur romanesque ! Ce que n'était pas Daphné du Maurier qui s'en est toujours défendu. D'ailleurs un de ses derniers romans : Le Bouc Emissaire, apporte un démenti formel par le caractère hors norme du héros,un caractère basé sur l'idée du double, du sosie,de l'ambiguité,de la noirceur …Daphné n'aimait-elle pas dire " j'ai toujours été fascinée par l'inexpliqué, la face sombre de la vie. J'ai un sens très sûr des choses qui dépassent nos perceptions et notre expérience quotidienne". Tatiana de Rosnay dans sa biographie Manderley for Ever (éditions Albin Michel Héloïse d'Ormesson) l'explique parfaitement en révèlant la personnalité de cette anglaise atypique en partie d'ascendance française -ce dont elle était très fière - . Fille de Gérald du Maurier, acteur et directeur de théâtre, Daphné grandit dans une atmosphère propice à l'imagination mais aussi -ce que l'on sait moins à l'époque- à des tourments intérieurs nés en partie de sa relation au père...Le jour de Noël 192O, Gérald du Maurier lui offre un carnet noir. Elle en fera son journal intime et s'invente un autre nom: Eric Avon .Déjà à treize ans, sa future personnalité qui influera sur son travail d'écrivain, s'esquisse : elle déteste être une fille et l'écrit "Pourquoi ne suis-je pas un homme? Les hommes font toutes les choses qui demandent du courage". En 1925, elle intègre en France,à côté de Meudon, un collège de jeunes filles où sa préceptrice ,Fernande Yvon, exerce sur elle une attraction coupable. " Elle m'a littéralement ensorcelée, me voilà prise dans ses filets" . Suivront bientôt ses premières nouvelles : La Terreur, La vieille femme ..qui ne la satisfont pas! Il faudra attendre l'achat d'une maison de famille en Cornouailles : Ferryside pour lui mettre vraiment le pied à l'étrier:" La liberté,celle d'écrire,de marcher, de flâner,de gravir une colline, de sortir un bateau, d'être seule".S'enchaînent entre autres, l'Amour dans l'âme, L'auberge de la Jamaïque et …Rebecca inspiré par une propriété proche de Ferryside : Ménabilly que Daphné habitera plus tard et ce pendant presque une vingtaine d'années ." J' ai un peu honte de l'admettre, mais je crois que je préfère "Mena" aux gens".Tout est dit : Ménabilly c'est Manderley :"J'ai rêvé la nuit dernière que je retournais à Manderley".En près de 450 pages, Tatiana de Rosnay brosse une formidable biographie de Daphné du Maurier :adolescente tourmentée, jeune femme de la high society puis écrivain émérite, épouse,(son mari fût Sir Frederick Browning) , mère de quatre enfants, grand mère .Une vie et de femme libre.

Manderley For Ever ,Tatiana de Rosnay, Albin Michel Héloïse d' Ormesson.A noter: la sortie du roman Rebecca, présenté dans une nouvelle traduction d' Anouk Neuhoff ( la dernière date de 1940) également aux éditions Albin Michel Héloïse d 'Ormesson. A relire : l'Ombre des secrets chez Omnibus,un ouvrage qui concentre les derniers romans de Daphné: Le bouc émissaire, La maison sur le rivage,Le vol du Faucon et des nouvelles comme "Les Oiseaux" (préface de Jacques Baudou )

Voir les commentaires

La tourte voit rouge….

14 Mars 2015, 10:14am

Publié par leboudoirdemadame

La tourte voit rouge….

Clin d'oeil à l'Italie avec cette tourte aux poivrons rouges. De la vraie cuisine de placard "vite fait bien fait" ! D'abord préchauffez le four à 240°.Ensuite,placez une pâte à tarte (pâte brisée) dans le fond d'une tourte puis après avoir battu quatre oeufs avec sel,poivre,une touche de paprika doux ajoutez du parmesan râpé .Disposez par dessus un peu de feuilles de roquette poivrée puis des trranches de poivrons en boîte d'excellente qualité et parfaitement égouttés ( par : les Extra Piquillo Peppers Simes à l'Epicerie du Bon marché ).Ensuite,repliez la pâte sur la préparation et placez au four pendant 30 minutes. Surveillez que les poivrons ne brûlent bas.Au besoin,réduisez la température. Servez accompagné d'une salade roquette/parmesan et un bon Chianti.A noter: :on peut booster les poivrons en les associants à des filets d'anchois disposés sous eux ( une boîte suffit ) Alice Desfourneaux

Voir les commentaires

1 2 > >>