Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Archives

2014-10-27T12:31:26+01:00

Un Cahier ludique sur Picasso

Publié par leboudoirdemadame

Qui était vraiment Picasso ?

La question est posée et une ou plutôt des réponses s'esquissent dans le très ludique Cahier de L'Herne PICASSO.Ludique car l'ouvrage fourmille d'entrées diverses: portraits de lui par des personnalités comme Carl Gustav Jung; reproduction de gravures annotées aux thèmes humoristiques ( on pense à "Des poils sur les jambes","Poisson chat", "Jambes en l'air" ); lettres reçues signées par exemple de René Char, Guillaume Apollinaire ,Paul Morand...une pléthore de témoignages, puisque comme le souligne un texte de Laure Collignon archiviste-paléographe " Picasso gardait tout".

Pour donner une idée de cette manne,il faut savoir que ce sont plus de 120000 pièces d' archives personnelles qui ont été confiées à l'état. Les contributeurs de ce Cahier de trois cents cinquante pages ont affiné le portrait de Picasso peintre, mais aussi d'un Picasso sculpteur, et écrivain dont l'humour et la gaieté enchantaient l' oeuvre et la vie. Un Picasso plus intime est dévoilé notamment au début du Cahier avec un entretien avec Claude Picasso,son fils.Il ouvre pour ainsi dire le bal: une fête des yeux, de l'esprit, du coeur. Cahier de L'Herne PICASSO dirigé par Laurent Wolf et Androula Michael. DL

Photo David Douglas Duncan

Photo David Douglas Duncan

Voir les commentaires

2014-10-25T14:07:43+02:00

Faut-il lire "Tristesse de la terre" d' Eric Vuillard?

Publié par leboudoirdemadame

De quoi s'agit-il ? De l'histoire de Bill Cody alias Buffalo Bill, un ancien employé de chemin de fer qui a fait de son Wild West Show,la première machine a divertir à l'échelon mondial. Imaginez:"1200 pieux,4000 mats,30 000 mètres de cordage,23000 mètres de toiles,10000 pièces de bois et de fer " à monter et démonter chaque jour, bref, un chapiteau itinérant avec un succès tel que la "troupe" traversera l' Atlantique pour se produire en Europe comme par exemple en Angleterre et en France. Au finish en presque vingt ans : 40 000 spectateurs chaque jour !

L'intérêt de "Tristesse de la terre"", ne réside pas dans le décorticage de ce Wild West Show mais à la présence des "comédiens" : des Indiens rescapés du génocide,embauchés pour rejouer leur extermination avec en tête d'affiche le grand chef Sitting Bull qui un jour lassé, fuira ce cirque pour rejoindre sa tribu relégué a vivre dans un camp...Tel un archéologue, Eric Vuillard lève le voile sur la tragicomédie qui se joue à chaque représentation, révélant le désespoir et la déchéance de ce peuple exterminé, réduit à se produire en spectacle pour survivre.Faut-il néanmoins lire Tristesse de la terre ?

Là ou un Jean-Christophe Rufin apporte du souffle ,de l'empathie, Eric Vuillard dresse une sorte de bilan comptable, un réquisitoire à charge bien sûr contre l'homme blanc mais sans panache ni émotion ! Ceçi dit à chacun de se faire son jugement mais l'on peut s'étonner de l'enthousiasme d'une certaine critique qui adule peut être un peu trop "Tristesse de la terre" .De plus, ce livre, court en pages est comme "gonflé " par un ajout au demeurant très attachant mais sans lien direct avec les Indiens du Wild West Show : l'histoire inouïe et magique de Wilson Alwyn Bentley ,un jeune adolescent du Vermont qui devenu adulte -un peu fou- ,consacrera sa vie à l'étude de la nature et la mise en photo des... flocons de neige. Soit au finish, des milliers de clichés dont certains parus dans le National Geographic inspireront le joaillier Tiffany et vaudront à Wilson notoriété et respect dans le monde entier.DL

Extrait de chapitre baptisé Neige: "Alors, il se lance dans une quête formidable,minuscule et formidable.Il photographie des centaines de flocons.Miracle.Il n'y en a pas deux qui se ressemblent.Et pendant que Buffalo Bill, de ville en ville,lève son stetson dix fois,cent fois, dans le ronron des applaudissements, Wilson découvre une infinie variété derrière ce qu'il croyait sembable.Il découvre que ce qui parait a première vue identique, indiscernable,eh bien, vu de très près,lorsque le vent fouette, que le froid vous mord,si on arrête un instant de respirer,si on se blottit tout au creux de ses impressions,alors cela se sépare,se particularise,se distingue.Et on ne sait même plus s'il existe bien quelque chose que l'on peut appeler la neige, les flocons de neige, car ils sont tous différents, égaux et dissemblables, étrangement singuliers" .

Faut-il lire "Tristesse de la terre" d' Eric Vuillard?

Voir les commentaires

2014-10-20T08:12:32+02:00

A méditer ....

Publié par leboudoirdemadame

ce florilège de citations dûment signées

"Cultivez votre différence" ( Jean Cocteau )

"Ce qui fait la beauté des choses,c'est notre attitude personnelle" ( Olivier de Kersauzon)

"Quelqu'un qui vous aime c'est quelqu'un qui vous veut du bien"(Françoise Sagan)

"qu'on ne me parle de rien qui soit petit" ' Le Bernin)

"l'homme n'est que poussière,c'est dire l'importance du plumeau" ( Alexandre Vialatte

"Parce que c'était lui, parce que c'était moi" ( Montaigne)

"On est de son enfance comme on est d'un pays" ( François Mauriac)

"Beaucoup de gens se sentent mal dans leur peau parceque ce n'est pas la leur" ( Romain Gary)

"Pour juger quelqu'un,juger les intentions qu'il vous prête" (Paul Valéry)

"j'ai le dégoût très sûr" ( Jules Renard )

Voir les commentaires

2014-10-18T14:10:58+02:00

Ce jour là chez Alain Ducasse...

Publié par leboudoirdemadame

" Une auberge avec quelques chambres,un jardin,une piscine,une cuisine, des saveurs et du silence" ...Comme le laisse suggérer le petit dépliant informatif,une halte à La bastide de Moustiers d' Alain Ducasse ne peut que signifier béatitude et bonheur gustatif,le tout noyé dans quatre hectares de verdure:pins et arbustes aromatiques....avec héli-surface...A peine franchi, plus prosaiquement le porche de la Grésolière, la terrasse aménagée en salle à manger d'été,le personnel sanglé pour certains dans de rustiques tabliers façon cuir piqûre sellier,accueille le convive avec gentillesse et simplicité. Deux tables de Brésiliens et une table de Russes ajoutant une touche d'humeur très festive...
On pourrait penser que cette communion avec la nature environnante donnerait des ailes à la cuisine qu'on pourrait légitimement imaginer de pays donc d'une belle facture provençale....Il faut bien le dire : quelle déception! Si Alain Ducasse on le sait privilégie dorénavant l'authentique,le terroir faisant la part belle aux légumes, racines "nobles" comprises ( renonçant même à la viande dans son restaurant parisien du Plaza Athénée ),la cuisine ce jour là à La bastide de Moustiers stagnait dans le neutre côté saveurs et voire le banal quand aux plats proposés dans le menu à 62E : volaille fermière cernée de petits légumes sans goût aucun et également le dessert : un moëlleux au chocolat,sempiternelle douceur servie partout. Certes les produits sont d'une qualité irréprochable - un signe distinctif bien légitime pour une "auberge" de ce type- mais il leur manque l'essentiel: la magie, la patte qui aurait dû faire ce déjeuner un moment gouteux, inoubliable.On est loin de la cuisine parfumée de Marc Veyrat où celle d' Alain Passard ! Curieusement, ce sont les pré apéritifs et autres mises en bouche qui éveillent l'attention et réveillent un peu les papilles tirant leurs épingles du jeu comme par exemple cette compotée de figues fraîches avec amandes et noix ou cette verrine mousseuse de potiron saupoudrée d'un soupçon de graines de fenouil...Même l'entrée : une cocotte de petit épeautre de Sault a du mal a décoller malgré ses petits lardons .Bref on se dit qu'au pays des cigales, la cuisine de La bastide de Moustiers ne chante pas! Dommage ....La bastide de Moustiers Les maisons d' Alain Ducasse ,chemin de Quinson ,04360 Moustiers-Sainte-Marie. Tel. + 33 4 92 70 47 47.www.bastide-moustiers.com.

Ce jour là chez Alain Ducasse...

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog