Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

Confinement : et si Paris était devenu un village ?

19 Avril 2020, 14:15pm

Publié par leboudoirdemadame

Et si  Paris était devenu un village , une parenthèse enchantée ? Dès l’aube, les oiseaux y  chantent et s’éparpillent dans les arbres. Pas un bruit mais une sorte de langueur que seul un coup de vent parfois balaye comme le fait un trait de lumière oscillant sur un mur lisse ….Oui nous sommes en ville et tout est plus facile, détendu . Curieux paradoxe !

Des « confinés »  s’ébrouent sur leurs balcons et chaque après-midi ,certains s'y posent pour lire des heures, deviser un moment .…Il en est même, des hommes  qui se la jouent balnéaire, endossant chemisette et short de bain ! Les femmes ? Elles parlent . De jardin, de roses, de livres  …Même les chiens a défaut de pouvoir sortir pour se dégourdir les pattes font la sieste à leurs pieds . 

Dès l'heure des repas, des pigeons s'ébrouent , prestes à fondre sur les miettes de pain qu'une invisible  âme charitable leur lance . Observation : plus de mendiants, plus de touristes. Que des locaux. 

Le samedi soir,  concert chanté comme dans un théâtre de verdure ! Se croirait-on à Aix ? On ne voit pas mais on entend la musique. Le dernier morceau coïncidant à 20h avec les bravos en hommage aux soignants, clôt cet intermède devenu un rituel  .  

Une rare voiture glisse sur la chaussée, relayée par un autobus sans passager. Les vitrines des boutiques de mode ont oublié que c'était le printemps .Elles restent figées sur l’hiver. Le matin tôt , la jeune garde des  sportifs  « sort du bois », elle court  à petite foulée sur des trottoirs désertés. On ne se cogne plus au passant ,on trace sa route direct ! 

Et quand l’ heure des courses arrive , le parisien redécouvre les boutiques de quartier : le boucher,  le fromager ,le sacro-saint épicier !!!!  Tout est là : légumes, fruits, salades... On regarde, on soupèse ,on choisit ...On devise aussi !  A défaut de travailler, le client s’épanche . Il a du temps re découvrant du coup le bonheur d’en perdre sans limite  ! Les parisiens qui se sont « carapatés « auraient-ils eu tort  ?