Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

Sur les pas d' Une paysanne russe de Léon Tolstoï

6 Novembre 2019, 15:13pm

Publié par leboudoirdemadame

 

L’approche de l’hiver est je trouve propice à certaines lectures intimistes notamment …slaves! Bonne pioche avec Une paysanne russe de Léon Tolstoï qui sort  dans une nouvelle traduction ( augmentée d'une préface explicative )  aux éditions autrement . Qu’on ne se méprenne pas, il ne s’agit pas d’un roman au sens strict du terme mais d’un témoignage ,celui d’ Anissia, une jeune  servante affranchie qui mariée de force suit son mari du fond de la Russie du XIXè siècle  . 
Retour d’abord aux origines du livre :  Tolstoï  ayant eu vent de cette vie bouleversante et bouleversée, l’a couchée sur papier .Résultat ? Un livre  édité en 1902,  paru pour la première fois en France en 1923 et  qui a même servi  pour l’apprentissage de la langue russe, un manuel qui a fait son chemin et jusqu’à moi puisque dans les années 60 mon professeur de russe me l’a mis sous le nez comme exercice ! 
Le récit  d’Anissa commence dans la province de Toula avec son mariage à la veille de l’abolition du servage par Alexandre II . Entre valse hésitation, obligation filiale, dépendance , Anissa, résignée, accepte le sort qui lui est réservé tout en ayant le sentiment confus que cette union sera faite de malheurs.
Ecrit dans un style simple, Une paysanne russe déroule le quotidien, misérable et accablé d'épreuves d ’Anissa, un des plus terribles étant la relégation en Sibérie de son mari coupable de vol de bétail, mari qu’elle suit, accompagnée de ses trois enfants avec au final, la mort de celui-ci . 
« Quand je songe à ce qu’on a enduré avec lui, en Sibérie, j’ai mon coeur qui fait des bonds. Je l’aimais parce que c’était une âme simple « dit-elle.
La force de caractère, le courage  d’Anissa, son pragmatisme éclairé, la sortiront au bout d’une dizaine d’années de cet enfer et après un voyage de retour pénible, semé encore d’embûches  elle rejoindra sa famille et se remariera pour ne pas finir misérable.
La lecture d ‘Une paysanne russe au XIXè siècle est comme une confession sur laquelle  le temps n’a pas eu prise. L’ on pourrait imaginer qu’un micro aujourd'hui  ait capté ce récit dont la sobriété est telle qu’elle le rend là aussi très contemporain . Ce qui en fait près de deux cents ans après, une lecture qui serait obligée si elle n'était d'emblée  spontanée...
 
Une paysanne russe, Léon Tolstoï, éditions autrement ( préface d'Anne Coldefy-Faucard )