Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

leboudoirdemadame

Un choix critique par Dominique Larue, journaliste ex Madame Figaro

Hortense et Marie, une si belle amitié par Charles Dupêchez aux éditions Flammarion

 

Marie comtesse d'Agoult et Hortense Allart ,l'histoire d'une belle amitié par Charles Dupêchez, le biographe de Marie d'Agoult ( Flammarion )

Il est un duo de femmes  éminemment cultivées qui au XIXè siècle auraient pu s'échanger avis, pensées et autres réflexions via les réseaux sociaux  si ceux-ci avaient existé tant elles étaient en prise avec leur siècle !  Enfin on peut le penser mais dès 1838, c'est à des courriers qu'elles les confiaient . Soit trente-cinq ans d'une correspondance de haute volée qui brosse à la fois, le quotidien de l'époque soumis aux aléas de la politique, les grands moments de la vie culturelle surtout et  plus terre à terre, les difficultés de "faire bouillir la marmite" quand on se trouve isolé voir relégué au banc de la société...

Ce duo de femmes libres, c'est celui de deux femmes de lettres, l'une plus connue pour sa liaison avec Franz Liszt et écrivain ( sous le nom de Daniel Stern ) : Marie d'Agoult ; l'autre, Hortense Allart, femme indépendante auteur entre autre des Nouveaux Enchantements et une des dernières conquêtes de François- René de Chateaubriand .

Une correspondance que Charles Dupêchez ,le biographe de Marie d'Agoult,  nous fait découvrir dans son nouvel ouvrage: Hortense et Marie, une si belle amitié aux éditions Flammarion . 

C'est à l'Italie que l'on doit la rencontre de Marie d'Agoult et Hortense Allart,précisément dans la ville de Florence où toutes deux par le plus grand des hasards résident au 4277 de la Via della Scala menant à Santa Maria Novella . 

Quand Marie rencontre Hortense celle-ci a déjà son statut d'écrivain confirmé, obligée qu'elle est de gagner sa vie . La comtesse  d'Agoult, trente-trois ans (soit quatre ans de moins qu'Hortense) a quitté son mari,le comte Charles d'Agoult  pour suivre Franz Liszt .Très vite sous le charme d' Hortense, Marie raconte a ses amis "qu'elle habite sous le même toit qu'une femme d'infiniment d'esprit et d'un caractère supérieur" .

Ce qui séduit dans ce duo c'est une amitié sans faille ( et sans ambiguité ) et qui au long des années ne fera défaut ni à l'une ni à l'autre.

Une amitié qui se maintiendra malgré l'opposition des caractères, des différences d'appréciation notamment en matière de politique et parfois de goûts littéraires . Autant l' une, Marie est rigide, coquette ,égocentrique, discrète voire renfermée, assez portée vers des valeurs de gauche bien que née dans une famille bourgeoise, l'autre, Hortense est tout feu tout flamme, brouillonne ,peu soignée, désordonnée, conservatrice dans les idées.

Par contre toutes deux ont en commun l'amélioration de la condition féminine, la liberté, chèrement acquise dans "une société  corsetée de leur temps". 

Comme l'écrit Hortense à Marie "Interdisons le mariage à nos fils, à nos filles!". Souvent cette correspondance, s' enrichit de l'évocation d'autres personnages mémorables : Alphonse de Lamartine, Sainte-Beuve,  Franz Liszt bien sûr , Adolphe Thiers , le héros politique d'Hortense… et une femme écrivain elle aussi qu'on appelle… La Reine : George Sand !  Marie n'étant pas en odeur de sainteté  chez l'auteur d' Indiana, s'en suit entre Marie et Hortense des échanges savoureux, Hortense entretenant avec George Sand des rapports cordiaux au contraire de Marie ! 

"La Reine comme je la connais, blâmera mes relations avec vous "  écrit  Hortense à Marie .Finalement, les deux femmes se réconcilient en apparence en octobre 1850 par l'intermédiaire d'un grand comédien, Pierre Bocage.

La correspondance,entre ces deux femmes d'exception s'achèvera à la mort de Marie en mars 1876 . Hortense vivra trois ans de plus. Sa petite fille apportera un témoignage sur le mode de vie de sa grand mère :"Elle s'installait pour de longues heures à l'ombre du petit bois de pins qui lui rappelaient l'Italie". l'Italie Là où tout avait commencé avec Marie, une amitié éternelle….

Hortense et Marie, une si belle amitié, Charles Dupêchez, éditions Flammarion 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :