L'éclectisme en peinture lors d'expositions est parfois mal vu ,d'ailleurs je ne sais plus quel "spécialiste", s'est récemment répandu sur ce sujet , lors de la présentation de l'exposition Vermeer au Louvre (si mal organisée pour les visiteurs.... ) sans doute en référence ombrageuse à celle de Chtchoukine à la fondation privée Louis Vuitton par opposition à un musée d'état ....
 
Ridicule et mesquin car tel ou tel collectionneur a son fil rouge, un fil conducteur, magique qui lie évidemment l'ensemble pour mieux nous ravir et nous faire s'interroger sur ses choix .
D'ailleurs lorsque l'on découvre, comme j'ai eu l'occasion des toiles de maître de différentes pattes et toutes époques en situation dans une demeure privée , on ne se pose plus la question de l' éclectisme ou pas . C'est beau c'est tout !
 
Une belle et nouvelle preuve d'éclectisme avec la Collection d'Alicia Koplowitz ,une femme d'affaires madrilène qui a accepté de prêter au musée Jacquemart-André ,une cinquantaine d' oeuvres acquises depuis ces trente dernières années . Eclairage sur cette passion et ces acquisitions avec ces confidences d' Alicia Koplowitz :

"Le collectionneur est quelqu’un qui essaie de prolonger les différentes étapes de sa vie à travers les pièces qu’il garde auprès de lui. Des collections les plus modestes jusqu’aux plus fabuleuses et éblouissantes, pour moi, elles vont toutes en ce sens.

"Le fait de collectionner des œuvres d’art est donc pour moi un chemin initiatique, un chemin qui a commencé lorsque j’avais 17 ans, un chemin qui m’a servi de bouclier face aux diverses vicissitudes de la vie, au long duquel j’ai appris à explorer des voies intimes qui m’étaient inconnues, des voies que j’ai dé- couvertes peu à peu à travers des tableaux, des sculptures, des meubles, des objets et à travers tout ce qui attirait mon attention. C’est pour cela que la collection a beaucoup à voir à ma biographie.

J’ai senti depuis toute petite une très grande attirance pour l’art. Au collège, j’adorais les classes de peinture et, adolescente, je fréquentais une académie sur le Paseo de Recoletos, qui se trouvait au dernier étage du café Gijón, lieu où se réunissaient artistes et écrivains à l’époque. Je voulais faire les Beaux-Arts.

Je me rappelle très bien la première fois que je suis allée visiter le musée du Prado. J’avais 7 ans. Nous y sommes allés avec la classe du Lycée français où je faisais mes études. Je me souviens parfaite- ment de la forte impression que j’ai ressentie lorsque, pour la première fois, j’ai vu les Ménines, une émotion qui se renouvèle aujourd’hui chaque fois que je contemple ce chef-d’œuvre.

Je me souviens aussi de l’effet qu’ont eu sur moi, dans ce même musée, les sculptures, et c’est – je crois – à partir de là que la sculpture est devenue pour moi un élément artistique aussi important que la peinture.

Ma première acquisition, je l’ai faite ici à Paris, à l’Hôtel Drouot, où j’ai acheté une porcelaine de Sèvres, que j’ai toujours. Cette acquisition m’avait ravie.

Un de mes souhaits les plus chers était de pouvoir consacrer une partie de ma vie à l’art, ce que j’ai pu réaliser, d’une certaine façon, à travers le Grupo Omega Capital avec cette collection. Il m’a fallu un peu plus de trente ans pour la rassembler, j’y ai investi une partie de mon patrimoine, et ce, afin que cet ensemble soit conservé et qu’il puisse être partagé avec les autres. C’est là le but de cette exposition et des prêts auxquels nous avons consenti".

Ainsi l'on peut découvrir un ensemble d'oeuvres signés de nombreux peintres comme Lucien Freud,Picasso, Egon Schiel, Zurbarán ,Juan Gris ,William de Kooning, Goya, Rothko, Van Gogh, van Dongen , Modigliani....
 
Un point de vue féminin et sûr pour un choix d'oeuvres emblématiques , reflet d'une passion éclairée et patiente où domine ,on l'aura compris l'art Espagnol avec notamment des toiles de Luis de Morales, Francisco de Zurbaran et moins connu de José Camaron y Boronat .
 
 
Une exposition à voir absolument ! De Zurbaran à Rothko Collection Alicia Koplowitz- Grupo Omega Capital au musée Jacquemart -André ,158 bd Haussmann, 75008 Paris, 01 45 62 11 59, wwwmusee-jacquemart-andre.com .Du 3 mars au 10 Juillet 2017. Photo : Juan Pantoja de la Cruz (1553-1608) - Portrait de Doña Ana de Velasco y Girón, duchesse de Bragance, de trois-quarts, en habit de cour - 1603 - Huile sur toile -103 x 82 cm © Collection Alicia Koplowitz - Grupo Omega Capital
 
 
Retour à l'accueil