Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mots de tête avec une romancière de talent : Annick Perez

par leboudoirdemadame 10 Février 2017, 10:51

Ecrire ....Les mots ensorcellent, charment et livrent leur contenu a travers des travaux d'auteur comme ceux d' Annick Perez qui en plus de l'écriture manie aussi le pinceau .Entre pièce de théâtre, ( son Alinéa Rose va se jouer en mai à l'étranger) et peintures , nous lui avons demandé de se livrer au jeu des Mots de Tête : huit  mots choisis au hasard ( quoique ) pour encore mieux la connaître, la révéler et l' apprécier.

Silhouette : La silhouette dit tout d'une personne. Surtout une silhouette de dos. La grâce est dans la silhouette, dans la posture, même un visage a une silhouette.  La fatigue a une silhouette, la jeunesse aussi. Tout n'est que silhouette. Je peins des multitudes de silhouettes, d'hommes de femmes, des visages comme des ballons joyeux ou des hommes écrasés par le monde, la chance a une silhouette, je la peins en rouge.  Pourquoi Rouge, je n'en sais rien, la chance, je la vois rouge, couleur coccinelle, couleur vie. La chance se voit de loin, éclate de tous ses feux. Je suis fascinée par la chance. 

Israel Ma première pièce Alinéa-Rose a été jouée à Paris  il y a 3 ans chez Claude et Salomé Lelouch mais c'est avec Claude que j'ai signé. Ca fait un drôle d'effet ! Pierre Santini était Alinéa, Sophie Rodrigues était Rose. Ensemble, ils ont fait un couple merveilleux. La pièce a eu beaucoup de succès, des prolongations, ce qui est rare ces temps-ci et Patrice Leconte sur France 2 a dit "Une pièce peines de couleurs, chaotique, brillante, étonnante". Je connais cette critique par cœur ! Et puis la pièce part en Israël. On commence par Jérusalem le 14 mai, le 16, c'est Tel Aviv puis les autres villes.  Paul Barge reprend le rôle de Pierre Santini… Paul Barge, le NUMA magnifique des gens de Mogador sera Alinéa et LARA GUIRAO, l'égérie de Bertrand Tavernier sera Rose. Le pitsch : "Un vieil homme vendu avec un appartement et si ce n'était pas un hasard…?" Du 14 au 19 mai en Israël. Les places sont sur le site ISRASTAGE.

SentimentL'amour est le seul sentiment auquel je crois.  Quand on aime, on n’a plus peur. C'est un sentiment qui rallonge la vie. 

Monde : Le monde n'est pas calme. Je n'aime que le calme, parce que je ne le suis pas.  Je suis soucieuse. C'est pour cela que j'aime les lacs, le tea-time, les hôtels de Luxe même si je n'y vais pas. J'aime le calme, j'en ai besoin. Le monde est trop connecté, la parole de chacun y prend trop de place. Ca fait trop de bruit. dans le monde, dans le ciel, dans l'univers. Alors, j'écoute Matt Simmons (Catch & Release) ou Gary Brooker, Procol Harum ( A whiter Shade of Pale) et ça me guérit de ce monde en folie. 

Paris : J'aime Paris, on m'a dit que le A de la tour Eiffel, le M du pont Alexandre III, le I de l'obélisque de la Concorde, fait quand on les met ensemble, le mot AMI. Paris est une ville amie, la plus belle ville du monde. Je m'y sens bien, j'y ai grandi, je connais presque toutes les rues de presque tous les quartiers. J'aime beaucoup la Rive Gauche, ma fille y est née. J'habitais en face de chez Françoise Sagan, je la voyais passer souvent. Je lui ai parlé. Elle m'a dit de passer la voir. Elle habitait une maison avec un escalier et un jardin en pleine rue Cherche midi. Elle m'a reçue dans son salon. Je lui ai apporté mon premier manuscrit. C'est Rive Gauche aussi sur les quais que j'avais rencontré Régine Desforges, je roulais près d'elle. J'ai tapé à son carreau et je lui ai remis un manuscrit Elle l'a pris en souriant. J'étais tellement jeune, ça l'a fait sourire. Le lendemain, sa maison d'édition m'appelait. Mais ils n'ont pas publié. Mon premier roman publié date de 1998... C'est plus facile de gagner au loto que d'être publié. J'ai réussi après 12 ans et une obstination féroce. Paris est une ville de rencontres, j'y ai rencontré une foule de gens. Mais je n'ai pas envie de la peindre, ni d'écrire sur Paris, parce que Paris n'a pas besoin de moi, n'est-ce pas?Si Paris était un parfum, ce serait un Dior, un matin d'été, juste au début du jour.

brune : Je suis Brune, je n'ai jamais songé à changer de couleur de cheveux. J'aime le mystère des brunes. Audrey Hepburn, Penelope Cruz, Nathalie Portman. Les blondes plaisent beaucoup aux hommes, je ne sais pas pourquoi. En réalité, si, je les trouve belles, plus longues, plus lumineuses, plus vitaminées, les hommes ont sans doute raison.

jourLe jour qui a changé ma vie c'est la naissance de ma fille. On a 5 ou 6 jours en tout qui changent notre vie. Il y a eu le jour où j'ai aimé, le jour où j'ai perdu quelqu'un qui m'avait tout appris, le jour où j'ai publié mon premier roman, le jour où j'ai assisté à la première représentation de ma première pièce, le jour d'avant la joie, le jour d'après la peine. Les autres jours m'attendent…

Gloire : Tout le monde veut sa minute de gloire. J'imagine que la reconnaissance apaise, soulage de la douleur des choses. La gloire, à mon avis, ça ne se vit pas vraiment, j'aimerais bien la connaitre mais je suis sûre qu'on ne ressent rien du tout. On ressent les choses quand on les fait. Par exemple, je suis heureuse quand j'écris, quand je peins, mais quand le roman est sorti, je pense déjà à autre chose. 

Site STp: wwwannickperez.fr

propos recueillis par Dominique Larue

Haut de page