Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A lire ou relire: Paris est une fête d'Hemingway

par leboudoirdemadame 21 Novembre 2015, 14:22 livres

"Paris est une fête" à offrir dans La Pléiade, Gallimard
"Paris est une fête" à offrir dans La Pléiade, Gallimard

Décrivant sa vie dans la capitale pendant les années 20 ,"Paris est une fête " d'Ernest Hemingway est une déclaration d'amour à Paris .Mais que l'on ne s'y trompe pas : la notion de fête n'est pas un copier-coller sur le sens que les lecteurs d'aujourd'hui , jeunes pour la plupart peuvent lui donner. Oublier le champagne bien qu'Hemingway ne le boudait pas ! Il convient de replacer "l' action" du livre dans le contexte de l'époque : l'après guerre de 14/18 et sa génération perdue…les difficultés d'y vivre, de s'y faire une place,une réputation. Bien sûr les événements récents peuvent hélas y trouver une filiation ….Comment expliquer alors les cinq cents volumes vendus actuellement chaque jour ? .

Ex Jeune journaliste, écrivain prometteur (il n'a pour l'heure écrit que des nouvelles ) , Hem comme Hemingway se nomme , débarque à Paris et s'installe avec sa délicieuse épouse Hadley et son fils aîné dans un logement près de la Contrescarpe.Ils vivent d'amour , non pas d'eau fraîche mais de vin (grosse tendance pour le blanc avec, quand ils sont en fonds, du Pouilly Fussé accompagné d' huîtres ) et avec ,pour leur fils, Jack dit Bumby ( le futur père de Margaux et Marielle ) du lait de chèvre que les petites bêtes dociles livrent à domicile en bas des escaliers du logis ! Existence frugale mais débordante d'énergie, de talent , de promesses ...

Le livre commence par "Un bon café,sur la place Saint-Michel" dédié à l'écriture et au café crème .Ceçi dit ce premier chapitre décrit plutôt un Paris glauque qui s'éveille avec sa faune interlope…Hemingway est préoccupé par le souçi qu'il a de subvenir aux besoins de sa famille .Mais quand le talent est là….un jour il sera reconnu. Très vite, ce sont certaines rencontres qui donnent le" la " à "Paris est une fête " notamment celles avec Gertrude Stein qui "coachera" Hem des années durant, le recevant dans son appartement de la rue de Fleurus .On croise aussi le poète Américain Ezra Pound "et son bel esprit" : un délicieux ami .L'effervescence de Paris à cette époque se concentre du côté de Montparnasse,à la Closerie des Lilas dans l'ombre de Blaise Cendrars .A l'époque un café tout simple huppé intellectuellement .Pas ce lieu devenu prétentieux où il faut être vu !

"Paris est une fête" est comme une sorte de promenade enchanteresse car bien sûr, la personnalité de Hem ne lui fait pas rencontrer et côtoyer d'obscurs inconnus. Et il sait jouir des arbres en fleurs, des belles passantes, des bords de Seine.. . Bd Saint Germain ,il s'attable aux Deux Magots avec James Joyce . Un autre jour à la Closerie des Lilas ,il diserte avec Scott Fitzgerald l'énigmatique ( gare à son dangereux sourire ) qui l'entraînera à Lyon dans un aller-retour rocambolesque...

.Souvent seul quand il n'est pas aux courses à Enghien ( s'il est en fonds ) , on retrouve aussi Hem chez Lipp devant une salade de pommes de terre/cervelas…Un détour sur les quais toujours rive gauche , le situe cette fois chez Shakespeare and Compagny où Sylvia Beach la créatrice du lieu lui prête des livres qu'il n'a pas les moyens d'acheter.On le suit au fil des rues du 6è remontant la rue Bonaparte ,longeant le jardin du Luxembourg d'où il rejoint son domiçile perché sous les toits . A noter aussi quelques belles échappée au Tyrol .

"Paris est une fête" : un Paris devenu au fil des ans mythique. Si Paris est encore une fête,elle ne le demeure surtout que dans nos coeurs.Un Paris rêvé .Ceçi dit c'est déjà beaucoup. Extrait choisi :le final de "Paris est une fête" :

"Il n'y a jamais de fin à Paris et le souvenir qu'en gardent tous ceux qui y ont vécu diffère d'une personne à l'autre.Nous y sommes toujours revenus,et peu importait qui nous étions , chaque fois, ou comment il avait changé,ou avec quelles difficultés -ou quelles commodités - nous pouvions nous y rendre. Paris valait toujours la peine,et vous receviez toujours quelque chose en retour de ce que vous lui donniez .Mais tel était le Paris de notre jeunesse,au temps où nous étions très pauvres et très heureux ".

Paris est une fête, Ernest Hemingwa,Bibliothèque La Pléiade,Gallimard . Dominique Larue

Haut de page