Auberge du Teillon :une affaire de génération...
Auberge du Teillon :une affaire de génération...

Comme installé au milieu de nulle part sur la route des vacances,(la route Napoléon),l'auberge du Teillon,presque équidistante entre Grasse la ville de la parfumerie et Draguignan,attire par sa sympathique façade.Dûment relayé par le commentaire du guide Michelin 2014 " cette auberge rustique célèbre la tradition avec un bel accent du sud " on se dit que l'assiette servie doit satisfaire les papilles et la gourmandise avec un bon rapport qualité/prix. Première surprise : rustique l'auberge ? Pas vraiment:salle toute blanche,décor contemporain,appliques et sièges modernes avec des tables rehaussées de sous assiettes de verre ondulantes qui évoquent la limpidité de l'eau du Verdon coulant à proximité!Bizarre mais bon...Après avoir sélectionné le menu choisi parmi trois, ( plus le "à la carte" ) les plats se succèdent avec une déception croissante.Le foie gras roulé dans la pistache, décoré de taches et ronds colorés genre "nouvelle cuisine" n'a aucune saveur et est servi tiède . Sans doute pour rafraîchir la bouche,un granité au génépi est proposé.Le côte sucré stagnant au fond du verre encombre le palais. On se dit,que le plat suivant,un ris de veau aux morilles rattrapera l'entrée.Que nenni! Braisé sans doute sur un lit d'oignon oublié,le ris,trop salé ( on le spécifie au maître d'hôtel qui fait suivre en cuisine) sent le cramé et à la place des morilles,spécifiées sur le menu des girolles minuscules.La tombée d'épinards qui complète la garniture et comblant le creux de l'assiette ( une assiette creuse :quelle drôle d'idée) nage dans une sauce crémée qui les détrempe. Seul le vin : un château Peybonhomme Les Tours,un côtes de Bordeaux ( Blaye ) qui plus est biologique et biodynamique maintient le moral à niveau. On se rattrapera au dessert se dit-on avec comme choix un traditionnel vacherin. Et bien de vacherin,que le nom :la meringue qui justifie à elle tout de seule l'attrait de cette gourmandise n'est qu'un socle tellement mince qu'il faut retourner le monticule pour la voir. Ce ne sont pas les glaces ( abricot sans saveur aucune et verveine ) et un quartier de pêche comme racornie posées dessus et à côté de ce soi disant vacherin qui relèvent le niveau.
La citation du guide Michelin 2014 revient en mémoire ."Auberge rustique"? En fait ce commentaire date de l'époque où s'épanouissait le talent des précédents aubergistes ( Les Lépine) qui depuis ont... passés le relais à leur fils Julien .Et bien celui -çi devrait mieux maîtriser ses réalisations et sans doute revenir à une cuisine moins élaborée qui lui éviterait des ratées impardonnables d'autant que la bistronomie a le vent en poupe au détriment de la sophistication....L'ivresse des cimes ,celle du Teillon qui culmine dans le village où est posée l'auberge du même nom ,lui aurait-elle tournée la tête? La cuisine du papa assurément plus simple aurait davantage régalé mon palais que la sienne trop ambitieuse et moins.. surveillée." Différence de point de vue et de génération " nous a été rétorqué lorsque l'on a fait par de notre déception. En tout cas, une leçon à tirer : ne faites pas systématiquement confiance au guide Michelin. Içi à l'auberge du Teillon entre le passage du père au fils,deux ans se sont écoulés et n'ont pas pris en compte ...ce changement de génération .Auberge du Teillon ,route Napoléon, La Garde 04120 Alpes de Haute-Provence.Tel: 04.92.83.60.88.Dominique Larue

Retour à l'accueil