Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leboudoirdemadame

Saint-Tropez Nostalgie...

10 Janvier 2021, 11:21am

Publié par leboudoirdemadame

Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )
Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )
Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )

Saint-Tropez à l'ancienne ( photos dominique larue, reproduction photos interdite )

Voir les commentaires

Clic Clac

10 Janvier 2021, 10:43am

Publié par leboudoirdemadame

Saint-Tropez entre neige et mer  ( photo dominique larue, reproduction interdite)

Voir les commentaires

Recette : des épinards à l'indienne pas "tartes" !

10 Janvier 2021, 10:35am

Publié par leboudoirdemadame

Rien de plus agaçant quand on est pressé que ces recettes dites faciles et qui au détour d'un listing, vous indique qu'il faut absolument une pincée de ceci ou de cela que bien sûr , vous n'avez pas sous la main  ( et en plus  introuvable à l'épicerie du coin).

Rien de tout cela avec ma recette de tourte aux épinards faite en quatrième vitesse. Son originalité ? Une saveur "à l'indienne".Pour la réussir, il vous faut:

-une pâte à tarte de préférence brisée

- des épinards surgelés  en branches  et en bonne quantité 

- 4 oeufs 

-50 ml de crème de coco 

- une bonne cuillerée à café de poudre de curry

- un sachet d'emmenthal râpé 

- une pincé de poudre de piment sec ( facultatif) 

-sel et poivre.

La suite  vous la devinez: vous battez les oeufs, vous ajoutez les épinards ( bien pressés pour enlever l'eau) ,le fromage râpé, la crème de coco, les condiments . Vous versez le tout sur la pâte et hop au four pendant  trente minutes environ dans une tourtière et dans un four préchauffé à 230° . A servir avec un bon vin de Bourgogne

Voir les commentaires

Eclats de soleil

9 Décembre 2020, 15:00pm

Publié par leboudoirdemadame

aquarelle originale (dl)

Voir les commentaires

Lire ou ne pas lire : Quand un fils nous est donné de Donna Leon

4 Décembre 2020, 14:28pm

Publié par leboudoirdemadame

Et bien voilà : le commissaire Brunetti est au prise avec une histoire de famille dans le nouveau roman de Donna Leon : Quand un fils nous est donné ( éditions Calman Levy collection Noir ). Le beau père de Guido Brunetti : le comte Falier, lui demande d’ » enquêter » sur un de ses plus anciens amis . Celui-ci désire adopter son jeune amant afin de lui léguer son immense fortune . N’aimant pas mélanger vie privée et vie professionnelle, c’est a regret que Brunetti va devoir honorer sa promesse …. et moi vous donner mes impressions . Quand un fils nous est donné, tranche avec les précédents romans de Donna Leon avec son côté huis clos qui est je trouve un peu brouillon au regard des motivations des personnages venus d’un peu de partout : Espagne, Angleterre, Chili… Et ce qui ne pardonne pas -enfin pour moi- il y manque l'ambiance qui fait le charme des romans de Dononna Leon : les déambulations dans La Sérénissime entre ruelles saturées d’inopportuns ( les touristes ) et la lagune comme par exemple dans son précédent roman ! Ici, une ambiance sans poésie, vide de contenu . Donna aurait-elle le spleen ? Certes tous les personnages familiers sont là : l'épouse de Brunetti : Paola avec son bon sens légendaire, leurs enfants et aussi à la Questure, l’irascible Patta et l’incontournable signora Elettra …..mais envolée la magie et le sourire ! Concentré sur l’ami du beau père, Gonzalo Rodriguez de Tejeda , objet de « l’ enquête » le roman chemine de manière assez chaotique. Plus d’une fois en tournant les page, une envie de me réfugier en pensée au café Florian devant un cioccolata in tassa m' a saisi.C'est au moins çà...

Quand un fils nous est donné, Donna Leon, éditions Calmann Levy collection Noir

Voir les commentaires

Le prix Renaudot essai : une formidable opportunité pour lire en français l'oeuvre d'Emily Dickinson

30 Novembre 2020, 14:04pm

Publié par leboudoirdemadame

 

Le prix Renaudot attribué à Dominique Fortier  ( pour son ouvrage Les villes de papier) sur Emily Dickinson va sans doute donner envie de lire en français ses poèmes non car  qui en France les connaît à la perfection ?

Ajoutons à cela le barrage de la langue qui freine la compréhension des textes ( peu de personnes sont " fluente" en anglo/américain ) eux mêmes soumis à des "ruptures de constructions" parfois très déroutantes … Lire Emily Dickinson relève de l'exploit et de la dévotion.C'est comme rentré en religion! Cette fille du Massachusetts qui pour ainsi dire n'a jamais quitté son village d'Amherst et a vécu quasiment  recluse dans la maison familiale a rédigé au cours de vie près de deux milles poèmes dont une dizaine  à peine ont été publiés de son vivant. L'objet de ses textes? Principalement  la nature ( Fleurs et jardins; d'ailleurs Emily n'assimile-t-elle pas la poésie elle-même aux bouquets?), l'amour, le religieux à travers l'Evangile ( pièce maîtresse de son éducation sévère), l'intellect et l'esprit "ce Continent inexploré", le macabre …Des thèmes qui reflètent sa personnalité complexe, tourmentée, passionnée .Celle que ses amis surnommaient la "poétesse à demi-fêlée ", excentrique mais non dépourvue d'humour, éternelle amoureuse aussi, fascine autant que son oeuvre. En cela, Emily Dickinson fait penser à Camille Claudel.Des êtres en interrogation, en souffrance qui n'ont l'art que comme seul refuge et exutoire.Il a fallu attendre la disparition d'Emily Dickinson en 1886 pour que sa soeur Lavinia , découvre ses poèmes et les fasse publier .Remis en vente à l'occasion de la sortie en France en mai du biopic de Terence Davies : A quite Passion, Poésies complètes en édition bilingue chez Flammarion est le sésame qui va ravir les groupies d'Emily et ceux et celles qui curieux n'ont jamais osé plonger dans l'oeuvre. La traduction des poèmes, confiée à Françoise Delphy a pris près de dix ans. Un travail de longue haleine qu'il faut ici saluer et que Françoise Delphy résume en somme sur la note de traduction par cette confidence: "Il faut sans doute un grain de folie pour se lancer dans la traduction des poèmes d'Emily Dickinson ". Un grain de folie et qui  rend en tout cas accro aux poèmes d'Emily et à Emily elle même."La femme en blanc","la reine recluse" qui tout en observant le monde depuis la fenêtre de la maison familiale en a un fait un royaume ! Poésies complètes Emily Dickinson, traduction par Françoise Delphy , éditions Flammarion . Sortie le 15 avril en librairies.  Dominique Larue

Voir les commentaires

A savourer accompagné d' une tasse de thé anglais : Le lieu du crime d'Elizabeth George

28 Novembre 2020, 08:38am

Publié par leboudoirdemadame

Vous voulez vous faire peur sans devoir courir le moindre risque ?
Et bien, déplacez-vous sur Le lieu du crime d’Elizabeth George , un de ses premiers romans où la filiation avec Agatha Christie booste l’intérêt de l’intrigue .Signes de piste comme dans Les dix petits nègres : un nombre de personnages assez limité, en l’occurence un groupe de comédiens, un univers clos : un manoir perdu sur la lande écossaise destiné a devenir un hôtel de luxe…
. Bien sûr, le crime frappe et bien sûr, l’aristocratique inspecteur Linley , flanqué de sa revêche collègue Barbara Havers sont dépêchés sur place pour l’élucider .
L’affaire est délicate car certains suspects sont deux des stars les plus populaires de Grande-Bretagne sans compter un lord et surtout, une femme : lady Helen dont Linley est passionnément épris au risque de fausser son jugement sur l’enquête …
Je n’en dirais pas plus . Le roman se dévore d’une traite et la résolution de l’affaire maintient en haleine jusqu’à la dernière page. Qui a tué? Pourquoi ?
Le lieu de du crime, Elizabeth George ,collection Pocket, Presse de la cité

Voir les commentaires

Rendez-vous avec L'homme en rouge de Julian Barnes

21 Novembre 2020, 11:51am

Publié par leboudoirdemadame

Et bien voilà , j’avoue: la fréquentation depuis quelques jours de l’Homme en rouge me cause un ennui profond! Non pas que je sous estime la plume de l’auteur et l’intérêt de son propos consistant a nous brosser le portrait de « La belle époque » dans ce qu’elle a de plus extravagant comme le dandysme, mais je crois qu’il y a eu maldone sur le motif de la rencontre entre cet homme en rouge, Samuel Pozzi et moi ! Là où je croyais me rassasier de sa vie, je la trouve encombrée par celles du Prince de Polignac et du comte Robert de Montesquiou-Fezensac qui je trouve l’étouffent un peu la sienne . Certes , j’ai vite compris que cet homme en rouge était en quelque sorte le plaisant prétexte dont a usé l’auteur pour brosser un autre portrait : celui de cette « Belle époque » celle d’une société dédiée aux plaisirs et dépravations de tous genres, et engluée dans les scandales, tragédies (affaire Dreyfus…)et autres événements… Pour conclure, je dirais, que l’Homme en rouge est un formidable reportage historique dans le temps où se croisent moult personnages : Sarah Bernhardt, Gustave Flaubert, Oscar Wilde …et non pas une biographie comme je m’y attendais dédié à un seul homme qui m’intriguait ! Bref rendez-vous manqué pour moi, préférant replonger dans la vie démentielle de cet autre personnage qu’est à la même époque celle de Boni de Castellane dont j’ai parlé ici dans une autre chronique a travers le récit de Laure Hillerin : Pour le plaisir et pour le pire , paru au printemps dernier aux éditions Flammarion

L'homme en rouge , Julian Barnes , Mercure de France , bibliothèque étrangère ( traduit de l'anglais par Jean-Pierre Aoustin

Voir les commentaires

Clic Clac : la photo du jour

7 Novembre 2020, 14:51pm

Publié par leboudoirdemadame

 

 

 

Voir les commentaires

En lumière : Une nuit à Carthage d'Annick Perez

7 Novembre 2020, 14:46pm

Publié par leboudoirdemadame

 

On ne saurait  être étonné de la virtuosité avec laquelle l’auteur signe l’écriture de ce nouveau roman : Une nuit à Carthage à Balzac éditeur (collection Autres Rives  ).
Les mots s’y déploient et s'y posent  en tourbillon qui emporte le lecteur tels les personnages des tableaux qu' Annick Perez peint aussi : un autre de ses talents, le tout porté par un enthousiasme communicatif. La dame est forte !
Dès les premières pages, on rentre dans l’intimité d’Alice Barento, une jeune fille, enfant chérie de sa famille qui vit à Beausite en Tunisie juste après la dernière guerre.L’amour, fil conducteur du roman,  guidera sa vie sous les traits du mystérieux et idéaliste Neldo Catan, rescapé Auschwitz et agent recruteur du Mossad en Afrique du Nord .
Bien sûr rien ne se passe comme prévu ! Neldo disparaît de sa vie et Alice épouse Paul l’ambitieux. D’emblée, le lecteur se laisse happé par l’aventure et le romanesque de l’histoire personnelle d’Alice et de sa famille où de multiples membres ( hauts en couleurs et humeurs ) s'aiment,  s’affrontent, se déchirent sous un ciel éternellement bleu.
Une époque bénie mais révolue dans un pays à re bâtir et une vie a reconstruire.  Au long de toutes ces années, Alice devra affronter des drames, des trahisons aussi  et puis l’exil en France… Y retrouvera-t-elle Neldo? Le seul point d' ancrage subsistant, témoin de sa vie, sera un portrait .Celui de l ‘aïeul : Isaac, son grand père qu’un jour, la fille d’Alice recevra en héritage … Baigné de lumière, mené à un train d’enfer comme dans « un joyeux foutoir » dixit l’auteur, Une nuit à Carthage c’est l’amour en l’héritage a partager avec qui le lit…
 
Une nuit à Carthage, Annick Perez , Balzac éditeur, Collection Autres Rives, Domaine Méditerranéen 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>